Lieux gourmands

30
Mai

Acide Macaron

2 commentaires

Je ne peux pas dire que je sois un grand fan de macarons. J’en ai beaucoup vendu, mis en boîte, rangé, parfois cassé… sans y toucher. Trop gros, trop sucrés, trop riches… Pas franchement de quoi les porter dans mon coeur. Enfin, ce n’est que mon avis.

Cette petite gourmandise est devenue une vraie folie en quelques années. Tout le monde en vend, même les petites boulangeries de quartier ! Autant dire qu’il y a « à manger et à boire », c’est à dire que la qualité est très variable selon les boutiques. Pour la plupart, il ne sont même pas réalisés sur place et proviennent tout simplement de leurs fournisseurs. Ils n’ont alors qu’à les décongeler, opération simple mais rémunératrice : une fois ceci fait, ils pourront vendre le produit… à des prix libres. A noter que la congélation n’est pas le problème ici, puisque ce procédé est utilisé de façon quasi-systématique dans le cas des macarons. Non, le vrai problème, c’est la qualité.

Bien sûr, quand on dit macarons, on pense aux grandes maisons parisiennes. Ladurée, Pierre Hermé, … Tous ces gens qui y font la queue, ça m’énerve ! (Helmut Fritz bonjour)
Sortons un peu des sentiers battus, allons découvrir des boutiques à taille humaine. C’est le cas d’Acide Macaron, une charmante échoppe nichée dans le quartier des Batignolles. Ici, la star, c’est bien cette petite gourmandise ronde. Petites, elles le sont, peut être plus qu’ailleurs, mais c’est tant mieux : cela correspond ainsi à une bouchée, le plaisir reste entier, sans risque d’écoeurement. Le concept inclut un packaging élégant, mais aussi un vrai travail sur les saveurs. Jonathan Blot, créateur et chef pâtissier de la boutique (passé notamment au Plaza Athénée), a voulu créer un équilibre entre sucré et acide citrique pour faire ressortir les parfums des fruits (car ce ne sont pas des arômes qui sont utilisés).

Renata, Jean-Paul, Jonathan, Guillaume, Jean-Paul… Autant de prénoms que de macarons, des visages affichés aux murs, les créations correspondent aux envies et caractères de ces individus.
En plus de cette gamme viennent s’ajouter de petites pâtisseries, déclinées au fil des saisons et des inspirations du chef. Pour la fête des mères, on retrouvait une « Dame de coeur », religieuse fraise-vanille. C’est vivant et frais, il n’y a pas de « collection », c’est agréable car on prend plaisir à passer régulièrement pour découvrir les nouveautés… ainsi que le macaron de la semaine !

L’accueil est tout simplement charmant, les conseils avisés. Quant aux tarifs, ils ne sont pas si élevés que ça, surtout quand on prend en compte le rapport qualité/prix.

Infos pratiques

72 Rue Legendre 75017 Paris (métro Rome ou Villiers – lignes 2 et 3) / tél : 01 53 11 19 51
ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 20h00, dimanche de 10h30 à 18h00.

Faut-il y aller ? Si l’on aime les macarons et que l’on souhaite découvrir de nouvelles saveurs, oui, bien sûr ! Les petites pâtisseries valent également le détour, elles sont jolies et savoureuses. L’ensemble est vraiment agréable, de par l’esthétisme, la qualité et la chaleur de l’accueil.

2 réflexions au sujet de « Acide Macaron »

  1. Ping : Pâtisserie du jour : Tarte Fraise Mara des bois – Pistache, Acide Macaron (Paris 17è) | painrisien

  2. Ping : Pâtisserie du jour : Le Yaourt, Acide Macaron (Paris 17è) | painrisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.