L’emplacement et la configuration d’un commerce sont toujours intéressants à étudier. Cela définit la façon dont on va percevoir le lieu, comment la lumière va y pénétrer, s’il se trouvera sur un rue passante ou au contraire une zone calme… Les commerçants le savent, choisir son implantation est une des clés du succès, ou au contraire de l’échec, d’une affaire.

Thierry Gouin a fait le choix de s’installer dans une boutique en coin. Vous noterez mon élégant jeu de mots en titre, je crois que je ne pouvais y échapper. Sa boulangerie répond aux codes de plus en plus présents à Paris, c’est à dire une façade aux tons plutôt sombres, un lettrage doré et des lignes aussi sobres que carrées. Je ne peux pas dire que je sois un grand adepte de ce style, plutôt impersonnel, mais cela a au moins pour mérite d’être propre et net.

A l’intérieur, tout a été mis en oeuvre pour faciliter le service aux heures d’affluence, en séparant nettement la vente des pâtisseries, chocolats, gourmandises et produits traiteurs et celle du pain ou des viennoiseries. Cela permet aux clients souhaitant uniquement ces deux derniers types de produits de ne pas avoir à attendre plus que souhaitable.
Au delà de l’organisation mise en oeuvre pour proposer les produits, il faut avant tout s’intéresser à leur qualité, à commencer par celle du pain. Malheureusement, c’est certainement ce qui pèche le plus ici, et c’est d’autant plus regrettable que nous sommes dans une boulangerie-pâtisserie… En effet, que ce soit pour la baguette de tradition ou pour les pains spéciaux, les arômes ne sont pas très présents, les cuissons assez courtes et les mies assez absentes en bouche. De plus, les façonnages ont tendance à manquer de soin. Réalisée à partir d’une farine des moulins de Chars, la gamme est pourtant assez étendue, allant des classiques (pains aux noix, aux céréales…) à des créations plus spécifiques (comme le pain Noir, au blé noir et aux graines de tournesol, le pain Bistrot vendu à la coupe…). Même si les cuissons sont plus abouties sur certaines pièces, le goût demeure absent et certains pains ont tendance à être réellement « gonflés à la levure », ce qui a pour effet de produire des mies certes très aérées mais assez inintéressantes.

Le domaine sucré est par contre beaucoup plus réussi. Les viennoiseries se tiennent dans une moyenne honorable, même si c’est le croissant qui est le mieux réalisé, à partir de beurre frais AOC. Le reste est plus banal.
Quant aux pâtisseries, elles sont tout particulièrement soignées et c’est certainement ce qui représente le point fort de l’endroit. Les classiques – tartes, pâtes à choux, flans… – se défendent aussi bien que les créations de la maison, associant les saveurs de façon plutôt pertinente et élégante. La clientèle ne s’y trompe pas et elle se presse aux portes de la boutique le week-end pour acquérir quelques-unes de ces douceurs. On sera juste un peu surpris de trouver encore en février des parts de buche en vitrine…
L’offre traiteur est simple et fraîche, rien à signaler, sinon que les sandwiches pâtissent de la qualité moyenne du pain.

Quelques mots au sujet de l’accueil, sérieux et efficace, plutôt bien formé au sujet des produits, et n’hésitant pas à se renseigner si par hasard une information lui manquait. Ainsi, la clientèle est assurée de bénéficier d’une information pertinente sur les produits. Le sourire est au rendez-vous, ainsi que l’amabilité, rien à signaler de ce côté là.

Infos pratiques

17 rue des Moines – 75017 Paris (métro Brochant, ligne 13) / tél : 0146279601
ouvert du mardi au samedi de 7h à 20h, le dimanche de 7h à 13h30.

Avis résumé

Pain ? Rien de bien exceptionnel de ce côté là. Les cuissons sont trop courtes, les croûtes manquent de couleur et de saveur. La baguette de tradition est décevante, son façonnage manque d’élégance et ses arômes demeurent trop évanescents. Le reste de la gamme n’est pas beaucoup plus intéressant, même si la baguette Belle Arôme, au sarrasin et germe de blé, est plus parfumée, ce qui est assez normal du fait de la saveur particulièrement du blé noir. Le Pain Bistrot demeure insipide malgré sa belle cuisson et l’incorporation de seigle. Vous l’aurez compris, le pain n’est pas le point fort de l’endroit.
Accueil ? Sérieux, plutôt attentionné et bien renseigné sur les produits. Le conseil est pertinent et efficace, la clientèle n’a pas à attendre plus que de raison, d’autant que le service a été étudié avec soin, en séparant pains/viennoiseries et le reste de gammes, sur lesquelles les ventes sont plus « longues » que pour une baguette ou un croissant.
Le reste ? La viennoiserie est juste correcte, même si le croissant sort du lot plus nettement. Les pâtisseries, créatives ou classiques, sont très soignées et bien réalisées, et c’est certainement le point fort de cette boulangerie-pâtisserie. La gamme traiteur ne s’en sort pas trop mal, même si les sandwiches ne bénéficient pas d’un pain aussi savoureux qu’on l’aimerait.

Faut-il y aller ? Certainement plus pour le sucré que pour le salé, dans tous les cas. Les pâtisseries sont de bon niveau, d’autant plus lorsque l’on prend en considération leur prix très accessible. Malheureusement, le pain demeure assez décevant et peu savoureux. Quant à l’accueil, il parvient à mettre un peu de chaleur dans cette boutique assez standard, légèrement aseptisée.

9 réflexions au sujet de « Thierry Gouin, Paris 17è, le boulanger du co(u)in »

  1. Bonjour,
    Je découvre ce blog via @cam_illou, et je cherche bien évidemment ma boulangerie fétiche… et voici un bien triste retour d’expérience ! Je n’ai pas goûté tous les pains de chez T Gouin, et leur baguette est moyenne (bonne mais rien d’extraordinaire), je voue par contre un vrai amour à la baguette de campagne. Je pense que votre jour de visite n’a pas été le bon, car selon les heures/jours celle ci est plus ou moins bonne, mais je vous trouve un peu dur sur le global !
    Enfin, laissons cette boulangerie aux habitants du quartier, c’est peut être mieux comme ça 😉
    (à noter: leurs chocolats ne sont pas mauvais non plus…)

  2. Tout à fait d’accord sur le croissant et je rajoute le pain au raisin, fort à mon goût. Par contre, l’entreprise n’est franchement pas reconnue pour son amabilité et ai assisté en fin d’après-midi à une scène irréelle au sein de la boulangerie et ai été sincèrement choquée. Une mère achète une sucette en chocolat à sa fille. Pas de pot, en ouvrant le sachet, le baton se détache de toutes évidence du chocolat. La mère avertit donc l’employée en lui disant : excusez moi, elle est cassée. L’employée répond du tac au tac : vous l’avez cassée en ouvrant, vous devez la payer (bonjour la réponse pleine de diplomatie..) et file chercher son patron (elle a l’habitude de toute évidence). le patron revient et lui répète la même chose limite en l’engueulant. La mère hallucinant autant que moi sur leur mode agressif lui dit : tampis je vous en paye deux mais vous n’êtes vraiment pas commerçant surtout pour une sucette (ce que tout le monde pense de toutes évidences dans le magasin); mais voilà que raboule aussi la patronne qui en rajoute une couche. La mère ne voulant de toute évidence pas faire de scandale devant sa fille, paye et s’en va. Mais le patron continue à râler pendant que la mère ouvre la 2eme sucette ! Donc la mère exédée prend la cassée la coupe en petit morceau et la disperse dans la boulang !!!! Personnellement, je me serai barrée depuis le début sans payer et surtout sans en racheter une autre, je ne sais pas comment elle a tenu !!! et voilà le patron qui lui court après dans la rue pour lui redonner les petits morceaux de chocolat. Pathétique, grave et dire qu’à aucun moment le patron ne s’est dit qu’en la fabriquant il avait peut-être râté le collage sur celle-ci…. donc résultat , on est au moins 5 clients présents à avoir effectué notre dernier achat ce soir là bas et un autre d’ailleurs qui est parti à la fin de la scène sans acheter. je n’ai pas eu ce réflexe, j’étais sous le choc

  3. j’interviens sur ce dernier commentaire, la personne qui relate les pseudos faits est en fait l’intéressée, tout ceci étant trés loin de la réalité des faits, je ne peux laisser faire.
    Je n’ai pas besoin d’apparaître à visage couvert, moi.

    • L’article que vous nous avez promis est bien en ligne !!
      Pourquoi se cacher derrière un pseudo témoignage de faits quand on est l’intéressée ? La mémoire peut faire défaut je vous l’accorde, la vidéo est trés utile pour retrouver l’historique.
      J’ai ainsi pu vous revoir entrer chez nous, un seul client est présent (et il est le seul à avoir été présent jusqu’à votre départ, il attendait des produits en fabrication. Vous vous êtes servi plusieurs sucettes chocolat pour les montrer à votre enfant et lui faire choisir (la vendeuse est occupée avec le jeune homme) vous reposez des sucettes sur le second comptoir à distance de la vendeuse, vous lui demandez une autre sucette, celle que vous avez en main est cassée. La vendeuse vous ayant vu manipuler les produits, ne prend pas de décision, ne vous répond pas, et vous indique aller demander son responsable. A ce dernier vous commencer par lui dire que les sucettes sont IGNOBLES, bon début de conversation!! Il n’y a aucune obligation à acheter un produit, on l’achète s’il nous tente, enfin je suppose!! de plus vous ajoutez que l’on ne doit pas être à une sucette près!! Il existe des principes sur lequels nous sommes effectivement rigides, le respect des produit et des règles de base d’éducation, on ne détruit pas impunément les choses pour se les faire rembourser après.Notre client attendant la fabrication de sandwichs, monsieur Gouin a quitté le magasin pour lui préparer, j’ai été averti de votre état d’énervement manifeste, et suis intervenue , dés mon arrivée vous m’avez indiqué vouloir payer 2 sucettes, je vous ai servi, restant trés calme face à votre agressivité qui allait crescendo, vous m’avez alors menacée de la rédaction d’un article, je vous ai répondu que vous étiez libre comme je le suis de ne pas me laisser faire face à des personnes qui espère sous la menace obtenir ce qu’elles veulent. Pour rappel ,le même client est toujours présent et attend derrière vous pour me régler ses achats. Vous quittez le magasin en vociférant, vous rentrez de nouveau pour me réclamer la sucette cassée (restée sur le comptoir) je vous propose de la réemballer correctement, vous êtes dans un tel état d’histérie que vous la reprenez tel quel, et juste avant de sortir prenez le soin de la réduire en miettes en la jettant au pied de notre vitrine.(détail que je ne pouvais voir de la caisse, mais le client qui attendait lui me l’a signalé, il était outré de votre comportement !!!
      Monsieur GOUIN a rapporté les sandwichs destinés au jeune homme (il n’était pas comme vous le prétendez présent!!!).
      Personne à part la personne concerné (vous)n’a vu que les morceaux de sucette vous ont été rendu !!
      En conclusion, vous vous êtes donné en spectacle devant une enfant qui n’en attendait pas tant pour une sucette en chocolat, il fait gris depuis 2 mois, certes celà joue sur l’humeur, quand bien même les commerçants de quartier doivent ils servir de paillasson à ces débordements ???

  4. Cette maison propose une qualité honorable ( d’accord avec le post: les pâtisseries dont plus intéressantes que le reste, le pain étant assez décevant). Mais une chose me choque beaucoup: dans une maison qui se la joue haut de gamme ET sérieux , plus d’une fois j’ai été servie en boulangerie par une vendeuse qui manipulait pain ET euros sans utiliser de pince pour servir le pain . C’est inacceptable .

  5. Bonsoir,
    je tiens à dire que je suis également client de cette boulangerie et l’histoire décrite plus haut ne me choque pas car l’accueil de cette boulangerie est plus que déplorable, j’y vais parceque je n’ai pas le choix mais les propriaitaires sont vraiment désagréable. Parfois je refuse d’y aller car je sais que je ne serais pas d’humeur à supporter leur manque de respect. J’espere qu’en lisant mes commentaires ils obteront pour une attitude plus commercante vis-à-vis de leur clientele.

  6. Sur ce site à la recherche d’une boulangerie valable dans la quartier, car dur dur.
    Je ne peux m’empêcher de sourire, jaune à la lecture des commentaires ci dessus.
    Le service est effectivement déplorable et hautain, on les dérange.
    et la galette frangipane : 30 euros pour 6 !!!!!!!! bon ok bonne, mais du vol.

  7. La baguette « graines » de T. Goin est savoureuse. Elle se marie très bien avec les fromages.Quand je l’apporte chez des invités, elle rencontre toujours un vif succès. J’habite le 17 ème et je connais des gens qui viennent de la Porte de Saint-Ouen pour cette baguette… Je conseille également le pain du Bistrot, goûtu et gourmand. Avec un bon pâté, une terrine, un bon vin: juste parfait !
    Les glaces maison et les gâteaux glacés sont, par ailleurs, assez intéressants et de qualité plus que correcte.

  8. Je me rends parfois dans cette boulangerie, surtout pour quelques tartes que je trouve bonnes et bien maîtrisées. Il est vrai que j’hésite parfois, lorsque l’envie de tarte n’est pas si grande, à entrer, et que je passe souvent mon chemin. Parce que pour moi le plaisir de sombrer dans la tentation est un tout : il faut que le produit me plaise, et qu’il me soit vendu dans une atmosphère chaleureuse. Car oui, cela aussi déclenche mon achat. Je qualifierais l’atmosphère de cette boulangerie de « professionnelle » mais non chaleureuse. Le message que je reçois en entrant est celui-ci : nous savons fabriquer de bons produits, alors si vous les aimez venez les acheter, mais ne nous demandez pas de vous sourire de surcroit, nous sommes trop occupés à gérer notre commerce pour cela. Je peux comprendre, la vie d’un artisan à Paris n’est sans doute pas facile tous les jours. Mais que voulez-vous, lorsque je cherche à me faire plaisir, j’ai aussi envie de rêver, et de trouver en face de moi, une personne qui fait au moins semblant de participer à mon rêve…le temps d’un sourire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *