Actualité

17
Fév

Plus loin

6 commentaires

Je n’ai jamais arrêté de courir le pain. En prenant la décision d’arrêter de raconter des histoires en novembre 2013, j’ai voulu réapprendre à marcher, respirer et de nouveau apprécier le pain et ceux qui le font. J’ai été plus loin, me suis posé de nouvelles questions, changé de nombreuses fois mon approche pour comprendre. Toujours comprendre, et apprendre.

10896915_10152782899883110_7418203732133573149_n-2

Apprendre, je le fais depuis quelques jours à l’Ecole de Boulangerie et de Pâtisserie de Paris. Souvenez-vous, j’avais évoqué il y a bien longtemps le fait de passer le CAP Boulanger. Je suis à présent en bonne voie pour le faire. Cela fera-t-il de moi un boulanger, comme la plupart de mes camarades de promotion le croient ? Sans doute pas. Pour autant, cela ne fera que réaffirmer mon engagement profond vis à vis de ce produit, de ce métier qui m’habitent depuis plus de 4 ans.

Ainsi donc je serai diplômé en juin 2015. On pourra dire que je suis allé « plus loin », que j’aurai acquis un peu plus de légitimité dans la profession. J’aurai surtout, à mon sens, acheté un titre. Laissons de côté ces considérations et voyons plutôt cela comme une étape, un nouveau départ. Un point tracé aléatoirement sur cette grande toile que j’essaie de peindre, comme pour tenter de construire quelque chose qui puisse prendre place sur ce champ de bataille qu’est ma vie… malgré mes efforts, je ne suis pas parvenu à améliorer mon état, à quitter cette maladie qui me ronge.

Je veux continuer à partager un peu plus qu’un morceau de pain avec ceux qui m’entourent, avec vous. J’essaierai de le faire ici, mais encore plus aux côtés de ces femmes et hommes qui font bouger le métier de boulanger, qui bousculent les lignes et m’inspirent. Où m’arrêterai-je ? Je ne sais pas – et qu’importe, en définitive. Ce sera juste « plus loin ».

6 réflexions au sujet de « Plus loin »

  1. Merci de participer à l échange et la transmission d un savoir faire séculaire. Notre métier change, bouge, mais procurer une émotion aux enfants et parents qui viennent chaque jour dans nos boutique mérite ce labeur.

    Profites et prends beaucoup de plaisir à faire ce travail.

  2. Bonjour Rémi,

    Quel plaisir de lire d’aussi bonnes nouvelles, très sincèrement. Et si tu mets autant de talent, de passion et d’amour dans ton apprentissage du pain que tu en mettais dans tes billets finement écrits ici-même, alors je serai sans aucun doute l’un des premiers clients de ta boulangerie ( j’espère que tu vendras de bons oranais, ainsi je saurai où en trouver!!!). Travail et passion, le « plus loin » n’attend que toi. Je te souhaite bon courage dans ta nouvelle aventure et je te souhaite de t’y épanouir pleinement. Longue route, Rémi.

    • Bonjour Pierre,
      Merci pour ton commentaire. Mon projet n’est pas d’ouvrir une boulangerie, il y a beaucoup d’autres choses à faire!
      Belle journée,
      Rémi

  3. Et pourquoi pas ouvrir une boulangerie ? Qu’est ce qui vous rebute dans cette idée ? Cela vous fait peur ? C’est plus confortable d’être critique ? Vous semblez pourtant passionné par la boulangerie, et je trouve déjà plus cohérent que vous vous êtes enfin décidé à mettre la main à la pâte, alors allez y ! Proposez nous à votre tour quelque chose qui tienne la route !

    • Chère Blanche, ce n’est pas une question de confort mais d’humilité. A mon sens, exercer le métier de boulanger à son compte nécessite beaucoup d’expérience et de savoir-faire… et je n’ai pas la prétention de posséder l’un ou l’autre aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.