A mon sens, le savoir-faire artisanal français est quelque chose de bien trop précieux pour que l’on se permette de le maltraiter, voire de l’insulter, comme certains savent le faire. En effet, certains ont bien compris qu’il y avait là de quoi faire de l’argent – beaucoup d’argent, notamment en détournant l’image que peuvent en avoir des touristes étrangers à leur avantage.

Les exemples sont malheureusement nombreux, et ils tendent à le devenir toujours plus. En boulangerie, l’un des exemples les plus frappants demeure sans doute Paul, qui s’est façonné une image de « maison de qualité » tout en développant des process industriels, en pratiquant des tarifs élevés pour un goût… discutable.
Du côté des gourmandises, même constat, quelques acteurs arrivent sur le marché avec des produits médiocres vendus sous le couvert de l' »artisanat ». Peu d’entre eux peuvent pour autant présenter une image aussi respectable que celle de Georges Larnicol. En effet, ce dernier dispose du titre de Meilleur Ouvrier de France comme argument marketing quasi-imparable.

Georges Larnicol, rue de Steinkerque, tout près du Sacré-Coeur

Le breton a naturellement débuté son aventure sur ses terres, et plus précisément à Quimper, où il a ouvert sa première boutique dans les années 80. Cela ne devait pas avoir grand chose à voir avec aujourd’hui, où l’entreprise est passée au stade quasi-industriel, avec plus de 23 boutiques – certaines franchisées, dont 3 à Paris. Pourtant, l’homme se défend toujours de respecter un processus purement artisanal et internalisé, mettant en valeur les meilleures matières premières. Dans les faits, les choses seraient bien différentes : la sous-traitance serait monnaie courante, selon des propos répétés. Qui croire ?

En l’absence de capacité à prouver la véracité des propos des uns ou des autres, intéressons-nous plutôt aux faits. Difficile de produire autant sans disposer de lignes de production à haute capacité : il faut approvisionner les boutiques, dont certaines accueillent plusieurs centaines de clients chaque jour. Chez Larnicol, on a bien compris quelles étaient les clés de la réussite du commerce… et parmi elles, l’importance de l’emplacement. Comment rater la boutique installée sur le boulevard Saint-Germain, ou passer à côté de « petit Musée du Chocolat » de la rue de Steinkerque, à deux pas du Sacré-Coeur ? A chaque fois, l’histoire se répète : les touristes affluent et pensent toucher à la fine fleur du chocolat français… col bleu-blanc-rouge, fièrement affiché en façade, oblige.

On pousse la porte pour pénétrer dans cet univers où le chocolat est en libre service… tout comme ces fameuses kouignettes, déclinées en de nombreux parfums. Parfums, parfums, il faut le dire vite, puisque ce sont avant tout le beurre et le sucre, présents en abondance, qui ressortent à la dégustation… en plus d’une invitation à faire une visite de courtoisie chez son dentiste. Je me suis toujours demandé quelles étaient les précautions prises par la maison en terme de stockage et de Date Limite de Consommation, étant donné que ces dernières sont entreposées à l’air libre. Cela ne doit pas manquer de les rendre dures, raison pour laquelle Georges Larnicol conseille de les déguster réchauffées – un vrai moment de plaisir, le côté gras et sucré étant exalté par la chaleur.

Comme toujours, c’est l’habilité que l’on a à communiquer qui prime sur la qualité propre des produits. Cela m’attriste d’autant plus que les visiteurs étrangers sont noyés par ces messages troubles, tout comme des artisans bien plus sincères situés à proximité de ses implantations (citons par exemple Un Dimanche à Paris à Odéon ou bien Christophe Roussel à Montmartre ainsi qu’à Guérande).

Bien sûr, il appartient à chacun de se faire un avis, car les adeptes de ces fameuses kouignettes, torchettes et autres Boules à Jojo ne manquent pas.

84 réflexions au sujet de « Georges Larnicol, l’imposture chocolatée en col bleu-blanc-rouge »

  1. Bonsoir, je partage globalement ce que tu dis sur Larnicol (ayant écris un article critique sur sa Maison en jlt 2011). Je voulais juste préciser que le beurre et le sucre, c’est quand même le principe du Kouign-Amann donc on sait à quoi s’attendre ! même si certains comme Le Goff à Lorient ont su en faire un vrai bijou de légèreté… sans avoir le prestigieux titre de MOF !

    • Oui, bien sûr, c’est le principe même de cette spécialité, mais comme tu le dis également, certains ont su en faire quelque chose de délicieux… Tout dépend donc du talent de l’artisan.

    • L’imposture chocolatée ?? Quelle image ! On se prend pour un grand journaliste ? La critique est aisée…Tout est fait à la main par des pâtissiers chocolatiers professionnels. Essayez donc de réaliser des pièces artistiques en chocolat comme celles que l’on peut voir dans les boutiques Larnicol et vous pourrez parler.

  2. Bonjour,
    Je ne vois pas bien ce que vous pointez du doigt en parlant d’ « imposture » et de manque d’ « honnêteté » (facebook) attendu que vous ne semblez dire que deux choses :
    – les boutiques larnicol se multiplient comme des petits pains sous JC et de surcroit dans des endroits touristiques
    – Georges Larnicol vend des mini kouign aman sous un nom ridicule (en vous abstenant par ailleurs de les décrire…)
    Pouvez-vous m’éclairer sur le lien de cause à effet entre ces deux propositions et vos titres ?
    merci,
    michel

    • Bonjour Michel,
      Merci pour vos commentaires.
      A mon sens, le manque d’honnêteté réside dans le fait de prétendre proposer des produits de haute qualité, sous le couvert de son titre de MOF – obtenu il y a bien longtemps et qui ne signifie rien au quotidien. Cela dessert même l’ensemble des autres MOF, dont certains sont très talentueux et ont à coeur de mettre leur savoir-faire au service de leur clientèle.
      L’imposture est aussi caractérisée par la défense d’une production artisanale, alors que cela me semble plus que difficile à réaliser lorsque l’on a plus de 20 boutiques comme c’est le cas pour Larnicol…

      Belle journée,

      Rémi

      • Bonjour je me présente …mr larnicol….j aie toujours été surpris part les personne qui juge sans connaître….je vous invite à visiter nos locaux ou nous travaillons avec honneur et non industriellement comme vous le sous entende sans même investiture ….bien triste tout ça …j espère que vous répondrez positivement à mon invitation ,sinon je pourrai pensée que vos commentaire son loin d être objectif…..je suis sans complexe et sincère et surtout ….honnête…g.larnicol.mof

        • Bonjour M. Larnicol,

          Ok pour visiter vos installations. Nous venons d’acheter des macarons et la désillusion est au rendez-vous !
          Comment pouvez-vous mettre en avant que les macarons sont aux fruits frais confits alors que le goût de l’arôme artificiel est tellement prononcé qu’on ne sait même pas ce qu’on déguste.

          Cela est indigne d’un MOF. Quel dommage !
          Par avance merci.

          • Tout à fait d’accord, c’est un endroit fait pour faire croire aux toutistes que la qualité du savoir faire français est au rendez vous. Les macarons ont très peu d’amandes et de fruits mais énormément de sucre…. économique vous me direz, un ça suffit…. Si vous voulez déguster de grands chocolats, deux fois plus cher il est vrai, Patrick Roger MOF, est à 100 mètres. Mieux vaut 200 grs de ses chocolats que 400 grs de Larnicol. C’est vous qui voyez. D’autre part, la maison Larnicol s’arrange pour faire des chocolats bien alourdis de produits médiocres don c l’addition s’envole vite …

          • Aucun arôme artificiel chez Larnicol !!! Je connais parfaitement cette maison ARTISANALE …
            Alors que vous n’aimiez pas est une chose …..mais
            Georges Larnicol est un pur artisan qui est dans son labo tous les jours et qui fait travailler beaucoup de personnes et non des machines !!!
            Alors par pitié …. Sortez de Paris et visitez notre province avant de faire de telles critiques !!!!

        • Bien amusant le petit malin qui a voulu se faire passer pour Larnicol… 🙂
          Si c’est vraiment lui… On aurait du au moin lui imposer une épreuve d’éxpression écrite au concours de MOF..

          • Concernant la personne parlant de sortir de Paris, je suis moi-même provincial et vient d’acheter des chocolats dans une boutique Larnicol dans ma région, en Bretagne …. Immondes !
            Le peu de chocolats (5€ les 100g) que l’on a achetés étaient largement « passés ». Soit ils avaient pris l’air, soit la DLC était dépassées et inutile d’être un fin connaisseur, le gôut ne trompe pas et cela pour le 6 ou 7 chocolats différents que nous avons pris. Un ou deux passe encore mais tous …..!!! Brefs l’arnaque. Nous n’y mettrons plus jamais les pieds.

        • J’ai du mal à croire que vous êtes Mr Larnicol vu vos difficultés à vous exprimer et le nombre de fautes d’orthographe que vous faites.
          Si vous cherchez un attaché de presse contactez moi !

        • En tous cas on vient de nous offrir une magnifique boîte de la maison Larnicol Bd St Germain et ce que nous pouvons dire, c’est qu’ils sont délicieux ces chocolats ! On en redemandera. Y-a-t-il une boutique dans le 18 ème ?

        • d’ abord ce ne serait pas une mauvaise idée de corriger vos fautes d’ orthographe…ensuite pouvez vous expliquer l’ incroyable rythme d’embauche de vos employées qui ne restent pas plus de deux ou trois mois chez vous…et un contrat d’ embauche qui fait penser à un régime stalinien, sans parler des caméras de surveillance omniprésentes dont vous vous servez pour espionner vos employées- un truc parfaitement illégal…bien sur tout vos produits sont faits en usine, vous ne trompez personne…

  3. Vous faites par ailleurs plusieurs raccourcis implicites fonctionnant par binômes entre nombre de boutiques, procédés industriels et sous-traitance.

  4. Post sévère (la réponse de la maison Larnicol sera-t-elle aussi prompte que celle d’autres adresses critiquées récemment ici?) mais sans doutes juste…
    Cela dit, concernant les touristes, je pense que cela reste cohérent dans le sens où, chez eux, la France fait la promotion des Laduree, Larnicol et autres marques de grand luxe industriel, y compris hors gastronomie… On leur offre donc ce qu’ils attendent, et à ce niveau là, je pense que la plupart ne sont pas déçus… Ensuite, il faut que les petits artisans arrivent à s’engouffrer dans le sillage des grosses locomotives, pour montrer aux visiteurs qui le souhaitent leur travail plus authentique… Après, c’est plus facile à dire depuis son clavier qu’à faire, c’est certain!

    Autrement, félicitations pour l’ensemble de ce blog, qui offre une vraie vision de la boulangerie/pâtisserie parisienne, différente des simples évaluations critiques…

    • Bonjour,
      « Ensuite, il faut que les petits artisans arrivent à s’engouffrer dans le sillage des grosses locomotives, pour montrer aux visiteurs qui le souhaitent leur travail plus authentique… « …c’est ce à quoi on s’emploie tous les jours, mais sans avoir envie de s’engouffrer dans le sillage des loco. Le « suivisme » non merci.

  5. Cet article me déçoit un peu… De bien grandes promesses dans le titre et on s’aperçoit vite que les accusations sont parfois sans preuves concrètes… Je ne demande qu’à vous croire mais j’ai besoin d’autres choses que des suppositions et des raccourcis parfois un peu rapides…
    Mais à part ça, votre blog est super sympa!

    • Merci pour votre commentaire. L’objet de ce billet était surtout de parler de l' »imposture du goût » que constituent les produits Larnicol, en définitive. Pour ça, pas besoin de s’intéresser aux process de fabrication, tout le monde peut se faire son idée…

      • Bonsoir,

        Je ne comprends pas trop pourquoi vous doutez du processus de fabrication artisanale des produits. Tant que je n’aurai pas de preuve je laisse le doute à de l’artisanat vu la qualité des produits.

        On aime ou on aime pas je vous l’accorde (c’est l’objet de votre billet comme vous dites). Mais pourquoi parler et douter du processus de fabrication dans ce cas la.

        Blog sympathique sinon 😉

  6. Bonjour,
    juste un petit mot à propos du KouignAman…
    ma fille revient juste de St Malo et m’en a justement offert un de chez G. Larnicol.
    dieu sait à quel point je peux adorer le beurre et le sucre mais là c’est parfaitement trop violent pour moi (d’ailleurs qui peut sans être écoeuré avaler la valeur d’une cuiller à soupe de beurre fondu ? et bien c’est l’effet que j’ai ressenti en une petite bouchée).
    j’ai pourtant goûté le produit en le réchauffant comme indiqué sur l’emballage et même sans et non, décidément non, ça n’a rien à voir avec un produit qui se dit artisanal.
    je peux l’affirmer pour en avoir dégusté de réels auparavant, des riches en beurre et sucre certes, c’est même ce qui fait tout l’intérêt de cette gourmandise mais là, l’imposture est avérée en ce qui me concerne.

    • vous ne devez pas etre de bretagne!!! sinon vous seriez que le kouign amann( signifiant gâteau au beurre au passage) n »est fait principalement que de beurre et de sucre!!! et croyez moi je travaille dans une entreprise artisanale dans le nord finistere qui fait principalement du kouign amann.

  7. Bonjour,

    Je découvre votre blog ce jour, par la découverte de cet article. Je suis entièrement d’accord avec votre analyse. Ce servir d’un titre aussi élogieux que MOF pour populariser et représenter un chocolat « Made in France » fabriqué dans un processus industriel m’interpelle. Quelle erreur ! Ces professionnels devraient être les formateurs et grands défenseurs du petit artisanat de qualité.
    Je vous le dit à titre personnel, je n’aime pas ces kouingnettes à l’air libre, sans dlc … ne trouvent-on pas le même genre de produits sous film dans la grande distribution, avec une DLC ?
    Pour moi, ce n’est pas celà l’artisanat. Nous sommes dans l’artisanat-industriel évidemment ( car ces industriels tiennent à ce mot « artisanat » … car il est générateur de leurs millions d’euros de Chiffre d’Affaires).
    Il devrait y avoir à mon avis en tant que consommateur trois définitions, claires et précises pour les consommateurs : Artisan, Artisan-Industriel et Industriel. Après, libre à chacun d’aller ou bon lui semble.
    Pour moi, lorsque je cherche un bon Kouing-amann, je le recherche chez un petit artisan boulanger, qui le façonne avec de bons ingrédients dans son fournil ( Attention, j’ai bien conscience que tous les petits artisans ne sont pas synonyme de qualité évidemment, mais il y en a encore de nombreux fort heureusement ).
    Je pense que ces structures industrialisées participent à la disparition des petits commerces de proximité dans les lieux ou elles s’implantent.
    Votre article, me fait penser entre-autres à ces grosses biscuiteries dites artisanales (depuis 17xx, depuis 18xx … ) qui font croirent aux clients que les petits biscuits au bon beurre à l’ancienne sont conçus comme d’antan par des petites mains courageuses de boulangers pâtissiers alors que ce sont des processus industriels de fabrication totalement automatisés qui produisent ces millions de biscuits, journalièrement à la chaîne.
    Le problème est donc informatif et législatif pour le respect du consommateur, il n’est pas normal de définir ces industriels comme des artisans. A quand une loi, pour règlementer tout ça ?

  8. Bonjour,

    Je suis moi-même actuellement employée dans une maison Larnicol et j’ en suis fière. Que la maison et ses produits ne plaisent pas à tout le monde, j’en conviens… C’est normal et chacun est libre de penser ce qu’il veut… Par contre là où ça me chagrinne c’est que dans cet article on condamne son côté industriel, ses produits sans goûts, son marketing trop poussé et j’en passe… Concernant la fabrication, sur quoi étayez-vous ces accusations? Vous vous êtes probablement déjà rendu au sein d’un atelier et avez vu les machines en action pour dire cela… J’imagines que vous connaissez parfaitement le système d’approvisionnement des boutiques… Parce que si cela n’est pas le cas, il s’agit ni plus ni moins que de la diffamation… Vous parlez aussi du nombre de boutiques qui a l’air si astronomique… Cela veut-il dire qu’une bonne maison, pour le rester, est condamnée à refuser tout développement? Attention tout le monde, si on dépasse les 30 boutiques, on pourra probablement comparer la maison Larnicol à une chaîne de fast food!
    Mon avis à moi maintenant : comme je l’ai déjà dit, je comprends que tous les goûts soient dans la nature… Vous avez le droit de ne pas aimer et c’est heureux. Mais la critique facile et gratuite, il vaut mieux éviter, surtout par souci de dignité… Pour commencer, essayer de décrocher ce fameux titre qui vous fait tant jaser et après tentez de faire marcher une boutique, on reparlera de tout cela après… Je signales au passage que la majorité des Maisons Larnicol se trouvent en Bretagne et par mon expérience, les touristes ne représente qu’une minorité de la clientèle… Je me demande comment on arrive à fidéliser une clientèle qui est censée connaiître les produits avec les notres qui n’ont soi-disant aucun goût…
    En espérant en avoir éclairer quelques-uns…

    • bonjour. le titre de MOF de Mr larrnicol est pour l’artisitique (le tavail du sucre) dans lequel il excelle. Qu’il est un musée de ses pieces en sucre avec le MOF en vitrine est normale, mais je trouve que son titre est tres loin des kouignett et des boules a jojo,qui soit dit en passant sont souvent rance. C’est de la pure com, il utilise sont titre de MOF (« travail du sucre ») pour vendre ses kouign rances. Qu’est devenu le livre d’or du site officiel de la maison larnicol??

  9. je partage tout à fait votre avis sur Larnicol.
    Rien à voir avec des produits de qualité.
    J’annonce tout de suite que je suis gourmande et gourmette.
    Bauloise l’été, j’ai vite abandonné cette enseigne et Parisienne le restant de l’année,je me suis laissée retenter par la rue de Steinkerque.
    Erreur de ma part, les produits aussi quelqconques qu’à la Baule il y a 2 ou 3 ans et de plus personnel « approximatif » qui ne connait pas les produits.
    Dans d’autres milieux on dirait »abattage »….
    A laisser de côté !

  10. Je trouve un pue facile de s’attaquer comme ça à Larnicol….dans ce cas on peut faire de même avec Ladurée par exemple…ce sont soit disant les meilleurs macarons….vendus à prix d’or dans leurs nombreuses boutiques….seulement le problème c’est que ces macarons ne sont pas fabriqués artisanalement mais bien par de « jolies » machines dans dans un beau laboratoire industrialisé…le pire, les macarons sont très souvent congelés…..
    et oui, on vend du rêves aux touristes et aussi aux français!!!!

  11. Jolie procès d’intention qui navigue entre on-dit et ignorance crasse après une accroche tapageuse.

    Alors pour le répéter encore une fois : un kouign amann c’est du beurre et du sucre (et d’après ma grand mère, le secret c’est encore plus de beurre ) et ça se mange tiède, sinon c’est sec. Rien a voir avec un prétendu problème de conservation …

    Et ceux de Larnicol sont tout a fait correct.

    • un kouign amann ça n’est arrosé de caramel, de nappage ou de je ne sais quoi qui fait que l ‘on doit manger l’emballage qui va avec tellement il est collé. au gateau..

      ps : kouign amann tiède je ne connaissais pas, enfin ça doit être comme la galette des rois….

  12. Ce n’est pas tant le processus semi-industriel qui doit être mis en cause (je préfère un processus industriel qu’un « artisan » qui tripatouille dans une arrière-cour crasseuse…) que la qualité des chocolats : j’ai acheté des carrés de chocolat noir soi-disant du Vénézuéla et d’ailleurs ; ils avaient le même goût. C’était des chocolat d’assez bonne qualité, relativement moyenne cependant, OR ces « tablettes » mini et carrées valent au kilo le même prix que les tablettes de Constant ou de Hévin !!! L’arnicol ou l’arnaqueur ?

  13. Que les français sont prompts à accuser de mille maux ceux qui réussissent ou qui ont du talent. Peu importe la multiplication des lieux de vente dès lors que l’art et l’exigence sont au rendez-vous. Passant un jour par hasard devant la merveilleuse boutique de Saint-Malo, j’y ai acheté des caramels au beurre salé sans savoir qui est M. LARNICOL. Ce fut un grand moment pour moi et rivalisent dans mon souvenir avec la petite production de quelques restaurateurs étoilés bien connus.

  14. Assez d’accord avec la contradiction MOF-industrie, mais pour le reste ….
    Chez Larnicol, je n’y vais que pour le Kouign-aman Nature et il est extra. Le reste, je ne le regarde même pas; il suffit de réfléchir à ce que l’on veut avant de consommer.
    Toute l’année, je mange bio, je fais gaffe. Quand je vais en Bretagne (mes origines), je veux mon quota de plaisir en Kouign-aman. J’en ai testé plein, le seul qui me comble, c’est Larnicol.
    Certes, ça déborde de beurre et de sucre, mais c’est ça un vrai de vrai et avec une bouteille de cidre !!!!
    Pour ce qui est du dentiste, c’est vrai que ça colle aux dents, mais mon dentiste est en retraite depuis 15 ans…. et aucun soucis!

  15. Bonjour.
    Marseillais en vacances pour la semaine à Paris, nous sommes « tombés » hier soir en rentrant du restaurant sur la boutique Larnicol rue Saint Antoine qui été encore ouverte à 22h30. Nous nous sommes alors laissés tenter car nous n’avions pas pris de dessert. Nous l’avouons, nous avons été accrochés par le titre de MOF bien mis en évidence. Étant des gourmands, mais peut être pas des gourmets, les chocolats dégustés et les macarons ne nous ont pas déçu. Nous ne savions pas que M. Larnicol avait plus de 20 boutiques en France, et cela nous surprend , certes. Mais pas plus que tout ces grands noms qui ouvrent des restaurants et des boutiques dans le monde entier sans bien entendu pouvoir être présent partout à la fois. C’est un savoir faire qui est transmis à des équipes, et si le process est parfois semi-industriel mais que la qualité des matières premières est là, cela ne nous dérange pas. Nous connaissons la vérité sur la maison Ladurée ce qui ne nous a pas empêché de prendre le goûter dans ce temple du Marketing qu’est la boutique des Champs Elysée. Alors pour ma part, amateur de chocolat devant l’éternel, la maison Larnicol ne m’a pas déçus même si je ne suis pas tombé en béatitude devant cette production, et Madame et les enfants ont été ravis de leurs macarons, meilleurs que ceux de Ladurée (et beaucoup moins onéreux) d’après eux.

  16. Je connais très bien la maison Larnicol et surtout son laboratoire et je peux garantir que tout est fait artisanalement ….
    Après, les goûts et couleurs sont affaires de chacun
    Mais avant de faire des commentaires assassins veuillez vérifier vos écrits et aller visiter le laboratoire à Melguen !!!

  17. Article intéressant,

    Cependant je suis très loin d’être d’accord avec cette partie la : « Je me suis toujours demandé quelles étaient les précautions prises par la maison en terme de stockage et de Date Limite de Consommation, étant donné que ces dernières sont entreposées à l’air libre. Cela ne doit pas manquer de les rendre dures, raison pour laquelle Georges Larnicol conseille de les déguster réchauffées – un vrai moment de plaisir, le côté gras et sucré étant exalté par la chaleur. »

    Je ne parlerais pas des Kouignettes Larnicol, que je n’ai jamais goutte mais du Kouign Amann en général.

    Etant pâtissier de métier, je tiens a rappeler que c’est l’âme même du Kouign Amann d’être caramélisé, donc un peur dur et collant sur les dents, et d’être « beurrés » abondamment. J’ai parfois goutté des « choses » sous l’appellation « Kouign Amann » qui n’étaient rien d’autre que de la pâte a croissant (a la margarine) ou l’on avait caramélisé le dessous. Ce qui n’est pas un Kouign Amann. Les amateurs de Kouign Amann, dont je fais parti, l’aime justement pour cette raison, un bon gout de beurre (a condition d’utilise du beurre de qualité), et de sucre caramélisé, ça c’est le Kouign Amann.

    Quand a la conservation, le Kouign Amann ne réagit pas comme un croissant ou du pain, le sucre aide a la conservation. Je ne dis pas qu’au bout de 6 jours il aura la même saveur qu’au premier jour, mais pour avoir fait l’essai, de 1 a 3 jours après fabrication, la texture et le gout ne changent pas réellement. Donc aucun risque a ce niveau la, même a l’air libre (sauf si les gens crachent dessus). Si les Kouignettes sont « dur » ce n’est aucunement parce qu’elles sont vieilles, c’est d’une part le caramel qui durci quand la température est basse, et du beurre qui durci a basse température également et ramolli au fur et a mesure que la température augmente. Même cuit le jour même, les mini-Kouign Amann seront dur une fois totalement refroidis. Apres il y a aussi une question d’humidité dans l’air qui rentre en compte.

    Quant au fait de les réchauffer ce n’est pas une façon de « cacher » le manque de fraicheur, mais un conseil de dégustation, en effet le Kouign Amann a un gout totalement diffèrent a température ambiante et réchauffé. Apres c’est une question de gout.

    Je ne tiens pas a défendre la maison Larnicol, dont je le redis, je n’ai jamais goutte les produits, mais je tenais a défendre le Kouign Amann. Car je n’aime pas qu’on dénature les classiques, même si on peut les « restructurer », gardons leurs âmes. Je ne veux pas voir le bon vieux Kouign Amann remplace par une vulgaire pâte a croissant a la margarine caramélisées. Il y en a assez de voir des truc qui portent un nom sans en avoir l’âme.

    Apres on aime ou l’on aime pas, mais les amateurs de Kouign Amann l’aiment pour ces raisons la : son gout de beurre (donc je vous l’accorde de matière grasse), sont cote caramélisés, et son cote riches. Si vous n’aimez pas ses éléments, passez votre chemin et achetez un Croissant, vous serez plus heureux, mais n’allez pas demander au Kouign Amann de changer sous prétexte qu’il ne vous convient pas. Si un jour il ne trouve plus d’adepte il disparaitra de lui même.

    En tout bien tout honneur, respecter l’artisanat et les traditions, c’est commencer par respecter l’âme de nos spécialités régionales.

    • Tout à fait d’accord quant au respect des traditions et la description du vrai kouing amann.
      Mais Larnicol nuit gravement à tout cela, avec comme vous le dites, des kouign amann qui ne sont rien d’autre que de la pâte a croissant ou l’on a légèrement caramélisé le dessous

  18. Sacre coeur 23/09/2013 le vendeur a mal utilisé la machine du coup il parait que le paiement n’a pas été fait, il nous redonne la carte sans rien dire et c’est en sortant qu’il nous appele il dit ho ho vous avez pas payé… on discute te tout et on dit on pret a payé même si on l’a déjà fait et c’est bon après un autre vendeur qui vient et il dit oui c’est ça!!! vous êtes parti en coup de vent pour dire voleuse de facon gentil, voila le Gerard Larnicol que j’ai connu…. par contre j’ai tapé 50 minutes pour venir dans ce magasin. Merci pour l’énorme respet

    • Je ne veux pas dire, mais ce n’est pas parce qu’on tombe une fois sur un mauvais vendeur qu’on peux « démolir » toute une maison… Ce n’est pas parce que le vendeur est mauvais que l’établissement est mauvais. Il y a malheureusement trop de bonnes maisons qui pâtissent de mauvais personnel…

    • Bonsoir
      Je confirme vos dires à100 pour 100! A croire que le personnel a été recruter pour sa grossiereté !
      ils agressent les clients !
      les insultent de voleurs pour un oui ou pour un non , avez vous eu droit à la non chalence de la responsable de boutique et au Monsieur qui se prend pour un vigil? Alors eux ont la palme d’or!!
      Mis à part une ou 2 vendeuses qui sont tres aimables le reste du personnel est tres agressif

  19. Bonsoir,
    Ce qui me sidère dans cette boutique et spécialement celle située à Montmartre , mis à part le fait que les kouignettes sont dures et seches(elles doivent datées de l’avant veille) , les cocolat pas terrible et le prix! 5 euros les 100 grammes !! alors on vous met des chocolats super lourd histoire de rentabilisés… bref ce qui me sidère ett me choque par leur comportement c ‘est le personnel!! il y a un moi j y suis allé et j’ai vu une dame se faire agressée par un homme car sa petite fille aurait soi disant touché des chocolat!
    ils l ‘ont entouré à 3 en aboyant sur elle avec l’aide de la « responsable » de magasin qui passe son temp a crier sur tout le monde et toujours tres hautaine et pas du tout commerçante!
    Pensez à changer votre personnel Mr Larnicol carr ce n’est pas la première fois que les gens se plaignent de se faire agresser par cette dame et ce monsieur!
    Il faudrait songer à faire quelque chose réellement car votre image en est terni!
    CDLMT

  20. retraité de la maison Larnicol je suis très choqué des propos de certains.J ai commencé à travailler avec George Larnicol en 2006 on étais à peine une dizaine ils sont plus de cent maintenant.monsieur Larnicol à toujours suivis le progrès mécanique pour faciliter le travail comme tous les petits artisants .moi mème pendant quinze ans Le col bleu blanc rouge chacun le gère comme il veux il faut déja l avoir GEORGE LARNICOL à crée plus d une centaine d emplois il gagnerais plus a faire de la tele

  21. en cette période un peu difficile vaux mieux un chef d entreprise qui ce bat pour l emploie que des jaloux qui n on que la critique stérile ou des MOF qui parade à la télé dans des émissions à la c..

  22. Bonjour, une fois encore la France méprise ceux qui réussissent. je connais les maisons Larnicol de St Martin en Ré, de Locronan, de Concarneau, de Nantes et d’Angers, jamais je n’ai été deçu de leur kouignettes, ni de leurs chocolats. Evidement, je n’ai pas consommé ces produits chaque jour dans chacune des boutiques de cette enseigne, comme je ne pense pas que vous l’ayez fait. Vous semblez avoir suffisament d’aigreur pour être de mauvaise humeur fréquement et surement le jour ou vous avez gouté ce dessert délicieux, qui est effectivement fait à base de sucre et de beurre, de pâte à pain (certaines recettes de grand mère donnant 800g de beurre 1/2 sel pour 400g de farine, 500g de sucre, vous imaginez la delicatesse es doigts pour travailler une telle pâte). On n’en mange pas tous les jours, ce n’est pas leger mais p…qu’est ce que c’est bon !!!! Voyagez, ne restezpas à Paris, ville musée magnifique mais ou le pigeon ne roucoule pas toujours.
    Cordialement,
    Frédéric. Saumur.

  23. Très déçue des chocolats achetés au Croisic le 06/09/2014 : sûrement la DLC passée depuis longtemps : le prix est cher pour ces chocolats!!! C’est la première fois que je suis déçue : mais je crains que la multiplication des boutiques se fait au détriment de la qualité ce qui est dommage…

  24. Bretonne expatriée, je m’amuse à chaque fois que je pars en vacances à gouter les fameuses Kouignettes dans toute les villes où il m’arrive de passer, c’est devenu un petit rituel.

    J’ai testé 12 boutiques (Quimper X2, Concarneau X2, Lorient, Toulouse, Paris X4, Pointe du Raz, Pont Aven). Et bien je n’ai JAMAIS été déçue, enfin j’ai retrouvé ma sucrerie d’enfance, ma madeleine de Proust, mon petit air iodé qui me manque au quotidien.
    Il est aujourd’hui très difficile lorsque je me rends dans ma ville natale (Moelan sur mer) et dans les environs d’en trouver aujourd’hui des mangeables, bien souvent agrémentés de margarine, ou de produits douteux. Mon bilan après toutes ces visites cest que les Kouignettes sont aussi bonnes au quatre coins de la France, jamais rance! Bien sur le risque zéro n’existe pas. Cest une pâtisserie lourde et grasse mais c’est pour ça que nous les bretons l’apprécions, son goût fait partie de notre histoire, après on aime ou on aime pas..
    J’ai également testé le restaurant à Quimper dont les desserts sont très appréciables.
    Parole de bretonne 200 % pur beurre salé 🙂

  25. Bonjour à tous,
    et bien et bien….que de commentaires…les gens aiment parler pour rien…la jalousie…..
    Je suis fan des produits de la Maison Larnicol, j’adore ce qu’ils font et ce que Mr.Larnicol a réalisé. Je suis d’accord sur une chose, dans le magasin de Montmartre le personnel n’est pas très agréable, mais allez dans le marais ou à odéon ou l’accueil est tout simplement doux et naturel.
    J’adore passer le soir dans le marais et discuter avec eux, vous apprendrez pleins de choses sur la manière dont sont réalisé les produits, ils vous feront même goûter certaines choses choses qui vous paraissent dingues!!!
    Il faut arrêter de tirer cette maison vers le bas alors qu’elle fait travailler beaucoup de monde maintenant!!!

  26. Je connais Georges Larnicol depuis nos années collèges qui ont duré cinq ans (nous avons prolongé la même classe ensemble) et depuis, ayant beaucoup voyagé pour diverses raisons, je ne le croise que tous les dix ans.
    Les propos agressifs sont très représentatifs des jeux de rôle constatés et si justement critiqués par Laurent Ruquier lors de son émission de samedi dernier 25 novembre sur la deuxième chaine publique.
    Ainsi, certains prompts aux critiques s’en prennent à un homme dont ils ne connaissent pas l’histoire et la sincérité qui en résulte. GL n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche, tout ce que vous voyez aujourd’hui, c’est lui qui l’a fait. S’il est MOF, ce n’est que par son travail personnel, sans soutien de qui que ce soit ni grand groupe, ni grand restaurant, ni grande maison ancestrale. Travail personnel fait de sacrifices et de prises de risques qui ne peuvent que générer un total respect.
    Pour ce qui concerne les produits, comme plusieurs l’ont justement relevé, c’est essentiellement un sujet de goût. Je fais très régulièrement cadeau de chocolats à des amis et collègues, je n’ai que des éloges sur eux et c’est sans flagornerie puisque je constate que pour la plupart, ils deviennent clients de G.
    Pour ce qui concerne le Kouignettes, il est désolant que sur un site du bon goût, on ne connaisse pas les recettes de base … heureusement que le rappel des bases de cette gourmandise bretonne le kouignaman a été indiqué par certain. C’est très bien que des pâtissiers aient fait le choix d’inventer un nouveau produit qui y ressemble, cela n’a pas été le choix de GL, quel procès bizarre il lui est fait !
    Enfin sur le mauvais usage de cette distinction de MOF que dire des commentaires ! GL, et c’est peu surprenant au regard de son histoire, a fait le choix commercial de ne pas privilégier les élites (bien pensantes ou non d’ailleurs) et a voulu rendre accessible ses produits à un maximum de personnes. Je ne peux dire qu’une chose : superbe initiative. Je préfère payer du chocolat que du carton d’emballage. Il est clair que cela ne peut pas faire plaisir aux spécialistes du packaging et de ceux qui en usent, mais cette démarche est économe sur tout ce qui ne concerne pas le chocolat. Et permet d’avoir une meilleure fraicheur des produits. Il m’est d’ailleurs arrivé avec un produit « très packagé » d’un chocolatier fort reconnu de trouver des asticots dans les petites boites de la grosse boite (cela peut arriver !), et considérant que le doit à l’erreur peut exister, je ne l’ai pas critiqué publiquement…
    Et pour terminer, la confusion évoquer par certains entre artisanat et production à plus grande échelle montre une méconnaissance totale de la vie économique.
    En résumé, pour ceux qui ne veulent pas que certains arrivent par leur travail, leurs sacrifices, leur créativité …. qu’ils continuent à critiquer et à compter les fautes d’orthographe (elles ne doivent pas manquer dans mon papier étant dyslexique depuis tout petit …)

    Ph. Estingoy

    • Merci Philippe ….. Un vrai ami …. Et cela est rare…. Et tu sais quoi…. Si je fait des fautes d hortographe…. Je m en fout ….. La vie n est pas la …. Toi qui me connais … Je pense que certaines fois ( excuse moi) ….. Je fais EXPRET…. Ça alimente les C… Georges avec ce merveilleux souvenir d un professeur de mathématique!!!!! Amitiés gl

  27. Je suis scandalisée de lire ces commentaires !!! Vous n’avez donc rien a faire le soir à 22H, 23 j’ai même vu minuit, mais prenez un bon livre au lieu de dénigrer les artisans et de compter les fautes d’orthographe !!!! Et si les chocolats ne vous plaisent pas achetez dans d’autres chocolateries, cela ne manque pas à Paris !

  28. On vient de m’offrir des macarons de chez Larnicol. Un pur delice et rien d’artificiel. Je ne comprends pas du tout ces commentaires negatifs. Des jaloux peut-etre…

    ps: pour les vulgaires idiots qui comptent les fautes d’orthographes, mon texte ne comporte pas d’accent car mon clavier est un qwerty

  29. Entièrement d’accord je sors tout juste de la boutique de nantes avec des macarons secs, très déçue moi qui pensais manger une recette de mof je pense que ceux de chez picard sont largement meilleurs. Bref je déconseille.

  30. Ayant travaillé quelques temps dans cette enseigne, je suis en mesure d’apporter quelques éléments supplémentaires à l’argumentation prouvant que la maison Larnicol, est une pure arnaque!
    Tout d’abord la moitié des chocolat vendus par Larnicol, ne sont pas fabriqués par l’enseigne, en réalité ils sont achetés à un artisan et revendus. « Vous comprenez, il fallait combler les trous à l’ouverture de la boutique »… Oui sauf que ça fait 3 ans que la boutique est ouverte.
    Concernant les macarons, ils sont congelés pour le transport, certains parfums étaient inutilisables après décongélations (trop humide et partaient en miettes), il est certain que le goût en pâtit.
    Au sujet des chocolat (encore), nous leur appliquions une DLC de 6 mois, mais une fois en magasin, la méthode de réapprovisionnement ne nous permet pas de savoir lesquels sont là depuis trop longtemps. Mr Larnicol aime la profusion, même si ça ne se vend pas, il en faut beaucoup, donc les chocolats prennent la poussière…
    A propos de poussière, au bout de 3 ans d’ouverture de cette boutique, Mr Larnicol s’est dit que peut être que les montages seraient plus consommables s’ils n’étaient pas constamment à l’air libre. Ah alors c’est pour ça que je ressentais un malaise quand je passais le plumeau sur les montages le matin, et qu’ensuite je devait passer 5 minutes à les emballer dans du joli papier, avant que les clients ne les mangent?
    En arrivant au magasin, les Kouign ont une DLC d’un mois, stocker en chambre froide, sauf ceux qui sont en rayon. Ah et je vous ai dit que pour les rendre plus attractifs, avant le conditionnement on les badigeonnait d’un mélange eau+glucose réchauffé au micro-ondes?
    La liste est longue…. Ce que je retiens? Un patron qui passe son temps à surveiller ses employés via les caméras : »Les chocolats ne sont pas dans le bon sens! », » c’est pas ici qu’il faut mettre les boites », « je vois pas ce qui est écrit sur le papier derrière la caisse ».
    C’est sûrement pour cela que les employés sont un peau aigris, sans compter qu’on travaille 6 jours par semaine, avec des fermetures à 23heures l’été, pour gagner 1100 euros les bons mois.
    Des produits de mauvaises qualités, vendus peu cher par un MOF qui n’en est plus un…

    • Merci!

      Lorsque j’ai vu ton commentaire, je me suis dit: « Quelqu’un a enfin osé!!! ».
      Marre d’entendre tout le monde encenser M. Larnicol. On dirais un gourou!
      Je travail actuellement pour lui, et malheureusement pour moi, je suis bloqué en CDI… Quand je vois la m***** que l’on vends aux clients, à un prix aussi exorbitant, je suis outré! Macarons congelés pour « une meilleure tenue », entre guillemets, car quand je les vois pleins d’humidités qui se désintègrent quand on les prends, je n’y vois en rien une amélioration de la tenue. Les autres sont durs et secs au bout de 2 jours maximum, le tout exposé dans à l’air libre pendant une vingtaine de jours (21 jours de conservations, mais les cartons en chambre froide se conservent quelques mois va comprendre…) dans une vitrine discount. Les minis-kouign ou kouignettes et kouign-amanns qui n’ont rien à voir avec un véritable kouign-amann… Ils sont mous, quand on a de la chance ou mous et secs au milieu au pire. Un VRAI kouign-amann de qualité se doit d’être croustillant! Et là, même dilemme que sur tout les autres produits, en cartons on peut les conserver des mois durant mais on doit y passer un délai de 21 jours une fois sortis du carton?! Mis à pars pour donner une illusion d’artisanal je n’en vois pas d’autre raisons…! On ne sens que le beurre dans tous ses produits, j’ai même honte de dire que je travail dans ce magasin, je ne le dit même plus d’ailleurs je reste vague lorsque l’on me pose la question.
      Passons côté salarié, avec une entreprise qui flic plus que l’armée elle même, des procédures à gogo avec des codes couleurs pour voir qui fait quoi, des caméras pour nous filmer, et comme ce n’est pas suffisant on doit envoyer des photos du magasin régulièrement, des horaires que l’on doit noter à la minute près lorsque l’on pars ou que l’on arrive (si pas fait, au bout de deux oublis des sanctions sont appliquées), un calendrier pour voir quand on peux poser des vacances: c’est-à-dire 4 mois dans l’année et bien sûr hors vacances scolaires, pour passer le moins de temps possible avec sa famille). UN jour de repos par semaine, on travail TOUS les jours fériés et dimanches, tard le soir, avec un salaire qui n’excède pas le smic. Et tout cela est bien évidemment caché pendant l’entretien et à la signature du contrat…
      Je m’arrête dans mon pavé, car on pourrais en écrire un roman! Que les clients ouvrent les yeux et boycotts ses boutiques!
      Vous payez des mensonges et la plus grosse arnaque que je connaisse!!!

  31. Une amie m’a apporté deux ou trois fois des macarons de chez Larnicol, sachant que j’adore ça. Je n’ose pas lui dire que je les trouve sans intérêt, ils ont tous plus ou moins le même goût, mais pas vraiment goût d’amande hélas, et la consistance est à revoir. Je n’ai pas testé les autres produits et je ne le ferai pas, cette expérience me suffisant.

  32. On m’a offert un Kouign sous film plastique de chez Larnicol, résultat: très gras et pas bon. Pour le chocolat, avec ce que je lis ci dessus je ne suis pas prêt d’en acheter. Une belle arnaque marketing en effet.

  33. En passant dans St Malo, j’ai fait un tour à Larnicol, et je dois vous avouez que je ne comprends pas votre acharnement. Certes, j’ai gouté leurs macarons, et ils ne sont pas extraodinaires, mais en revanche leur chocolat est , à mes yeux, le meilleur que j’ai jamais mangé. Peut-être que vous n’appréciez pas ce genre de chocolat, mais critiquer toute une boutique pour un macaron sec, c’est allez un peu vite en besogne, non?

  34. Beurk, je me suis fait avoir en passant devant la boutique de l’Odéon (Paris),
    je sortais d’une examen médical douloureux et pour blier ça j’avais envie de me faire plaisir avec un peu de bon chocolat (MOF),
    j’ai acheté un sachet de rochers aux amandes, vraiment pas bon du tout, mais alors pas bon !
    les amandes n’ont aucun goût, le chocolat pas plus, et pour faire des économies ils ont rajouté des petites céréales forcément moins chères que des amandes (même sans goût).

    Très mauvaise expérience, impression de m’être fait avoir comme une bleue,
    moi qui apprécie tant le bon chocolat !!…… 🙁

  35. N’importe quelle merde, du moment qu’elle est estampillée Bretagne, trouve preneur parce que c’est tendance. Il y a donc au moins une qualité qu’il faut reconnaitre à la maison larnicol, celle de ne pas user et abuser, dans les magasins voir mêmes sur les produits, de la panoplie du parfait extrémiste breton: le fameux kit identitaire (le drapeau de Morvan Marchal et tout le reste…).
    Pareil pour le Sel de Guérande et pour le caramel au beurre salé qu’on nous sert et re-sert jusqu’ à la nausée.
    « La première fois que je l’ai vu, enfin, vraiment vu, il était piqué dans le pruneau d’un far. Coincé par tribord arrière dans un carré de pâte jaune pâle flottant au fond d’un plat de terre vernissée, il avait l’air vaguement comestible. Ça m’a rappelé le repas de mariage de Madame Bovary… les « grands plats de crème jaune qui tremblaient… » On étudiait ça en classe de terminale par ces jours froids de mars qui semblaient se creuser en fin de matinée. C’est ce souvenir qui m’a donné faim plutôt que l’infâme flan à relent de vanilline qu’on m’a servi avec drapeau breton piqué dans le pruneau. »
    la suite ici:
    http://francoisemorvan.com/travaux/blanche-hermine-noir-drapeau/

  36. J’ai acheté des macarons Larnicol, rue Kéréon à Quimper . Quelle que soit la couleur ou le parfum annoncé, ils ont tous le même gout , celui du sucre ! ( Passez votre chemin et à quelques mètres, vous trouverez les macarons de Philomène, une merveille…)

  37. On vient de m’offrir des chocolats de chez Larnicol et je suis très déçue, beaucoup trop sucrés et On ne sent pas le goût du chocolat . Ils ne ressemble en rien aux bons chocolats artisanaux , je préfère payer le double et apprécier ce que je mange. Ils ne ressemblent pas du tout à des chocolats de vrai chocolatier mais plutôt à des chocolats industriels.

  38. Nous avons acheté des macarons le 31 décembre, pensant se faire un petit plaisir. Qu’elle déception. En fait ayant l’habitude d’en acheter ailleurs à Paris, je dois dire que cet achat restera comme l’achat le plus horrible n’ayant jamais était effectué.Qu’elle contre publicité sur les meilleurs ouvriers de France. Même les grandes surfaces font (beaucoup) mieux. A fuir. A FUIR. A FUIR

  39. Cet individu nuit gravement à la réputation de la pâtisserie bretonne.
    À fuir et à faire fuir.

    Amateur de gâteaux bretons depuis mon enfance, je me suis laissé avoir par la présentation flatteuse de la boutique. Pourtant, j’aurais dû me douter qu’à l’endroit où elle était située (Pont-Aven), ce n’était qu’un piège à « toutou ».
    Je me suis aussi laissé avoir par l’aspect des gâteaux. Pourtant j’aurais dû voir que c’étaient des gâteaux industriels emballés mécaniquement sous cellophane, et aussi qu’en tant que « meilleur ouvrier de France », il allait vouloir se démarquer en ne suivant pas la recette traditionnelle, entre autres : ajouter de la vanille, et une substance pour faire gonfler la pâte. C’est sûr qu’il est plus léger qu’un vrai gâteau breton, mais surtout, pour la même taille, il y a beaucoup moins de matière, mais il est fade et sans la saveur d’un vrai gâteau breton.
    Quant au kouign amann, rien à voir avec un vrai non plus, il est farineux et tout simplement dégeu, nous ne sommes pas arrivés à le finir.

    Outre la boutique située en plein lieu touristique de Pont-Aven, il y a la même devant la Cathédrale de Quimper. Hauts lieux touristiques, ce qui montre quelle est la clientèle visée, les gogos de passage (mails il ne faut pas généraliser à toutes les boutiques).

  40. avant de repartir de Nantes je me suis laissé aller à la gourmandise j’adore le chocolat et j’étais avec mes enfants je suis rentré chez Georges Larnicol et fais un grand choix pour 3O euros , la vendeuse plus tot jeune étais très froide aucun sourires, disgracieuse,elle n’a pas sa place . Après que nous avions mangés tous les chocolats l’unanimité était là …Un arrière gout de vieux chocolat périmés . Pour moi il est clair que cet ouvrier se sert de son titre pour vendre de la  » M  » il a franchement oublié le gout et gardé que le mot de chocolat je ne recommanderai certainement pas cet soit disant chocolaterie, c’est honteux .

  41. Acheté un assortiment de Kouignettes chez Larnicole à Pont-Aven !
    Une pâte feuilletée délicieuse et beurrée à souhait et parfaitement parfumée de pomme, de framboise, de caramel beurre salé ! 15 secondes au micro onde et c’est tiède et délicieux ! Difficile de faire mieux à mon avis !

  42. Nous avons acheté des chocolats et des kouignettes à la boutique de Pont aven samedi ce week-end, je n’avais encore jamais gouté encore. Nous avons trouvé cela très bon, je pense que ceux qui critique la façon dont est fait le kouign aman, ne sont pas bretons et encore moins connaisseur de cette pâtisserie bien de chez nous !!
    Par contre les deux vendeuses très peu aimable… Jai du interrompre leur discution tres prenante pour avoir un conseil (je n’ai pas attendu un merci et un aurevoir et jai bien fais!). Mais sinon rien à dire les chocolats sont très bons.

  43. Larnicol à Roscoff très décevant à la limite de l’arnaque je demande combien de grammes on peut mettre dans un ballotin avec des caramels elle me répond (la vendeuse) je sais pas 375 gr environ . Il s’avère que le ballotin une fois rempli en faisait le double.
    Franchement en plus ils sont quelconque. La prochaine fois que je vois meilleur ouvrier de France je réfléchi à deux fois et surtout je goute avant

  44. Tous ces chocolats à l’ai libre dans le magasin sans vitrine réfrigérée de protection avec tous les clients qui touchent et les germes qui se baladent. Beurk. Comment les services d’hygiène peuvent ils accepter cela? Si vous allez chez Jeff de Bruges, De neuville ou la maison du chocolat, les chocolats sont soit en boite fermée, soit en vitrine réfrigérée (et vous êtes servi par une vendeuse). Le minimum d’hygiène pour ce type de produit. Quand je pense à tous ceux qui sont allé aux toilettes sans se laver les mains et qui touchent le chocolat dans les magasins chez Larnicol. Miam, miam. Bon appétit.

  45. La boutique du Touquet, dans laquelle j’ai goûté plusieurs choses me poussent à venir vous contredire.

    Les carrés de chocolats sont juste exceptionnels, difficile de manger un autre chocolat après celui-ci. J’ai aussi pu goûter différents biscuits, et les fameuses Quignettes, que j’ai adorés.
    Pour moi, même si le « process » a du bien évidemment se transformer pour alimenter les 23 boutiques, le savoir faire artisanal y est toujours. Il n’y a rien de contradictoire là dedans.

    Votre « article » semble pourtant manquer d’objectivité, et j’en veux pour preuve la description que vous faite du kouign amann, qui serait trop gras, et trop sucré selon vous.
    Mais c’est la caractéristique de ce gâteau, il est très très gras, et très sucré. Il y a un pourcentage de beurre assez hallucinant dans ce gâteau. Si on aime pas le gras il ne faut pas en manger… Le Kouign Amann est ainsi.
    Critiqueriez vous le fait qu’il y ait des bulles dans le champagne ?

  46. Quand je pense que la moitier des soit disant bonbons qui sont vendu dans les magasins Larnicol ressemble étrangement aux bonbons de chez francois doucet je vous pose la question: le reste est il vraiment fabriqué par Larnicol?

    Et dans ce cas est il normal de nous vendre à près de 60 euros le kilo un chocolat qu’il ne fabrique même pas… avec estampillé MOF

  47. Je viens de découvrir la boutique Larnicol d’Aix les bains, en Savoie. J’avoue avoir été impressionné par le titre de MOF et par les voitures et escarpins en chocolat de la vitrine… Mais déçu par les kouignettes et les torchettes dures et sèches.

  48. Nous avons achetés des petits Kouign-amann chez Larnicol à Roscoff il y a deux semaines.
    Et sans vraiment l’admettre, nous ne nous sommes pas vraiment régalés. Je ne comprenais pas pourquoi ce n’était pas très bon au gout si nous achetions cela chez un MOF.
    Je ne savais pas qu’il s’agissait d’une chaîne.
    je comprend maintenant pourquoi ce n’était pas terrible. je ne suis pas prêt d’y remettre les pieds.
    Merci pour votre article.

  49. 13 11 2016 Michelle a LYON
    Bonjour a tous,
    très déçue des torchettes chocolat,achetées fin septembre a CABOURG 14 avec une D L C le 12 12 2016 elles ont toutes finies a la poubelle,inmangeables car infestées de vers car les noisettes sur le dessus ne devaient pas etre sèches quand elles ont été fabriquées,
    Nous avons acheté également des kouignettes et mangées réchaufées nous avons été également déçues
    Nous passons nos vacances a CABOURG et nous ne retournerons pas dans ce magasin.
    Je voulais envoyer un mail a Mr Larnicol mais impossible d’avoir son adresse mail dommage
    Salutation a tous (sauf a Mr Larnicol)
    Michelle

  50. Assez déçue effectivement des kouing aman de cette maison ! Surtout quand on a goûté ceux de Monsieur Arnaud Lahrer, chocolatier breton installé à Montmartre depuis fort longtemps.
    Mais la liberté d’entreprendre n’interdit pas de vendre son âme à la table du profit que je sache !
    Une expatriée bretonne à Montmartre.

  51. Je tiens à préciser, pour ceux qui ne savent pas d’où proviennent les produits qu’ils dégustent, que tous les produits de la maison sont produits dans un seul et même endroit, à Melgven, en Bretagne, et sans sous-traitance. Tenez une petite vidéo qui devrait vous permettre de juger en sachant de quoi vous parlez https://www.youtube.com/watch?v=5TNfW_Tkwr8

  52. Je tiens à préciser, pour ceux qui ne savent pas d’où proviennent les produits qu’ils dégustent, que les bonbons que vous voyez sur la video postée: type oeufs, boule rouge… ne sont absolument pas fabriqué par la maison larnicol mais bien acheté en sous-traitance…

      • il est très facile. vous allez dans n’importe quel boulangerie et vous trouverez les meme bonbon et les meme œufs de mouettes.
        de la meme façons vous allez sur le site de doucet http://www.francois-doucet.com/fr/ et vous y trouverez les meme bonbons. ou alors plus rapidement vous allez visiter l’usine larnicol de melgven et vous découvrirez qu’aucun bonbon n’y est fabriqué…

        mais vous découvrirez aussi que les kouignettes sont fabriquer a l’aide une immense machine

  53. Il y a un « PETIT  » pâtissier dans la vieille ville de Guerande pas loin de l église qui en fait d excellents. Pas un franchisé larnicol seulement un indépendant local. Et là c est à tomber sur le Q . Allez voir, goutez et on reparle des chaînes industrielles pseudo artisanales. De même pour les caneles de Bordeaux. Côté prix c est une arnaque côté qualité c est bof. Faites les vous mêmes c est moins cher et plus marrant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *