De curieux phénomènes de concentration sont parfois à observer en terme d’implantation de commerces. On peut ainsi trouver dans la même rue deux supérettes de la même enseigne (souvent franchisées, avec deux propriétaires différents, même si cela n’excuse pas pour autant le manque de clairvoyance de la marque), deux coiffeurs, bouchers, ou autre boutiques à l’activité identique… face à face. Rien de grave en soi, les consommateurs peuvent ainsi comparer facilement, mais je ne suis pas persuadé que cela permette un développement tout à fait harmonieux de chacune des affaires.

Autre possibilité de concentration, celle des titres. Ou plutôt, dans le cas présent, des artisans titrés. En effet, ce sont à présent trois Meilleurs Ouvriers de France boulangers qui assurent leur présence sur le territoire de la commune de Boulogne-Billancourt. Il y a bien sûr Mickaël Morieux et ses deux boulangeries (rue d’Aguesseau et avenue Jean-Baptiste Clément), mais aussi Frédéric Lalos, dont la présence reste toujours aussi… virtuelle, et Thierry Meunier, le dernier arrivé.
Son nom ne vous est peut-être pas inconnu si vous vous intéressez de près ou de loin à l’univers de la boulangerie parisienne, puisqu’il a longtemps officié dans le 18è arrondissement, au sein du « Duc de la Chapelle ». Après avoir passé le flambeau à son apprenti Anis Bouabsa, l’artisan a continué dans cette idée de transmission du métier : formations, stages, séminaires… De nombreux professionnels ont ainsi pu profiter de son expertise. A présent, c’est au tour des boulonnais.

La boutique n'a pas encore reçu ses dernières finitions.

La boutique n’a pas encore reçu ses dernières finitions.

Le lieu sent encore le neuf, et pour cause. Installée dans un quartier en pleine poussée, cette belle boulangerie d’angle affiche des lignes sobres et modernes, et est baignée par la lumière naturelle. Ainsi, la vue ouverte sur le fournil est particulièrement bien mise en valeur. Dans ce laboratoire, le MOF-Compagnon du Tour de France et ses collaborateurs oeuvrent à l’élaboration des gourmandises proposées de l’autre côté de la vitre… en boutique.
Les pains mettent à l’honneur les farines des Moulins de Chérisy, à commencer par une baguette de Tradition à la mie et texture très crémeuses, en plus d’une croûte fine et légèrement croustillante. Son excellente conservation est à saluer, tout autant que son prix : seulement 1€ pour 250g, voilà qui ne devrait pas manquer de séduire les boulonnais.

Les pains, Thierry Meunier, Boulogne-Billancourt (92)

Pour autant, le tableau n’est pas tout à fait idyllique. J’avoue avoir été surpris par le fait de retrouver des prémixes chez un Meilleur Ouvrier de France : en effet, le pain au maïs ou le Viking sont des produits développés par le meunier… et non par Thierry Meunier, comme on aimerait que ce soit le cas. (MAJ début 2014 : une gamme Biologique a été développée et les pré-mixes ne sont plus utilisés par ce boulanger)
On appréciera néanmoins la boule de Meule et sa belle douceur, ainsi que les façonnages et cuissons appliqués sur l’ensemble de la gamme.

Viennoiseries, Thierry Meunier, Boulogne-Billancourt (92)

En sucré, les viennoiseries demeurent juste moyennes, dans un registre par ailleurs très classique. Même constat pour les pâtisseries. Notre gourmandise s’arrêtera peut-être un peu plus sur les douceurs diverses disséminées dans la boutique : cakes, tuiles aux amandes, madeleines, sablés, meringues ou encore tigrés et financiers, rien n’a été oublié.
Difficile de juger de l’offre traiteur puisqu’elle n’était pas en place lors de ma visite, cela méritera donc d’être suivi.

Les pâtisseries & gourmandises, Thierry Meunier, Boulogne-Billancourt (92)

L’ouverture étant récente, les produits comme la boutique – dont les finitions et l’enseigne n’ont pas été encore réalisés – restent en devenir. Reste tout de même la qualité de l’accueil, chaleureux et souriant, ainsi que le fait que cette boulangerie comble un véritable manque dans ce quartier de Boulogne : en effet, pas de boulangerie artisanale aux alentours jusqu’alors, même si l’offre est assez pléthorique dans le reste de la cité.

Infos pratiques

8 place Jules Guesde – 92100 Boulogne-Billancourt (métro Billancourt, ligne 9)
ouvert du lundi au samedi de 7h à 20h.

Avis résumé

Pain ? La gamme n’est pas tout à fait en place, car les pains 100% Nature que devrait proposer l’artisan prochainement ne sont pas encore disponible. Cela ne nous empêchera pas de déguster avec grand plaisir la baguette de Tradition proposée ici : très crémeuse, façonnée avec soin pour une croûte finement croustillante, à l’excellente conservation et au prix particulièrement accessible (1 euro les 250g), voici un très beau produit. Le reste des pains n’en demeure pas moins soigné, avec des boules de Meule à l’agréable douceur, des pains de campagne dans la plus pure tradition, ainsi qu’un « pain du jour ». On regrettera tout de même qu’un Meilleur Ouvrier de France utilise des prémixes, alors qu’il devrait être porteur bout en bout d’une démarche valorisant l’artisanat dans toute sa noblesse.
Accueil ? Encore en rodage, inévitablement, mais néanmoins charmant et souriant. Il participe à développer une ambiance agréable dans cette grande boulangerie, lumineuse à tous points de vue.
Le reste ? Thierry Meunier est avant tout boulanger et cela se ressent dans ses produits. Les viennoiseries ne présentent pas de relief particulier, ni même les pâtisseries. Pour une pause sucrée, on préférera les gourmandises disséminées dans la boutique : sablés, financiers, cakes… L’offre traiteur n’étant pas encore en place lors de mon passage, il serait bien difficile de la juger.

Faut-il y aller ? Attendons un peu que tout soit en place, même si la baguette de Tradition est dores et déjà tout aussi délicieuse que l’accueil proposé dans ces lieux. En parlant de lieu, justement, l’aménagement sobre et la lumière naturelle offerte par la localisation en angle de la boutique sont du meilleur effet, et ne manqueront pas de séduire les habitants du secteur, lesquels manquaient jusqu’alors d’une bonne boulangerie près de chez eux.

7 réflexions au sujet de « Détours en banlieue : Thierry Meunier (Boulogne-Billancourt, 92), un troisième MOF pour les boulonnais »

  1. Ping : Compagnons boulangers patissiers

  2. Bonjour,
    Je crois bien qu’il est temps pour cet article d’être remis à jour,voir entièrement refait. En effet, il a été créé quelques semaines seulement après l’ouverture de la boulangerie, et nous savons tous qu’il est rare de trouver la perfection au démarrage d’une entreprise.

    Bon nombre d’informations que cet article apporte ne sont plus d’actualité, et quant aux commentaires sur les produits, ils ne sont pas révélateurs.
    La gamme de produits s’est élargie (à tous les niveaux), et la régularité est de rigueur. De plus, une offre traiteur est désormais disponible, proposant de nombreux en-cas salés, des confitures etc… Quant à la présentation des produits, elle est en évolution constante, pour des installations toujours plus appropriées.
    La boulangerie avait juste besoin d’un peu de temps pour démarrer…
    Merci de remettre cet article à jour.

  3. Article qui serait pertinent si les informations et opinions de l’auteur qu’il comporte avaient été mis à jour… Malgré les alertes laissées par les précédents lecteurs, l’auteur du Painrisien ne semble pas vouloir modifier ses propos… Depuis le passage du Painrisien, bien des choses ont évolué dans les boulangeries de Thierry Meunier et ceux qui s’en réjouissent sont ses clients ! Quand vous dites, « On regrettera tout de même qu’un Meilleur Ouvrier de France utilise des prémixes, alors qu’il devrait être porteur bout en bout d’une démarche valorisant l’artisanat dans toute sa noblesse. » pour ne citer que cette phrase…, je me demande très sérieusement si vous connaissez Thierry Meunier, ses valeurs, son histoire et le concept même de ses boulangeries ??!! De tels propos sont signes d’une grande méconnaissance de l’enseigne. Monsieur, en définitive votre plume est bien légère et seuls ceux qui fréquentent les boulangeries de Thierry Meunier, en particulier celles de Boulogne, sauront juger de la médiocrité de vos dires. Le painrisien, ou comment profondément décevoir et desservir l’artisanat comme sa clientèle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *