Réflexions

13
Avr

Les mains sales

11 commentaires

Rarement l’hygiène des mains aura été une préoccupation aussi marquée qu’au sein de l’époque que nous vivons. Savons, gels hydro-alcooliques et autres substances lavantes sont devenus des réflexes après chaque action, visite ou rencontre. Pourtant, cette obsession d’avoir les mains propres et la maladie qui l’a provoqué n’ont pas modifié en profondeur notre façon d’agir, comme si notre capacité d’engagement dans des causes collectives se dessinait selon une géométrie extrêmement variable… ou n’existait tout bonnement pas dans la plupart des cas, puisque ces gestes sont généralement reproduits dans le but de se protéger soi-même, sans aucun regard sur ses semblables. En définitive, nous continuons à avoir les mains sales de toutes les actions discutables, voire complètement écoeurantes, que nous réalisons pour des griefs variés, qu’il s’agisse de l’égo, de la quête effrénée de son intérêt personnel ou bien d’autres bonheurs de notre société « moderne ». On voudrait bien en récupérer le caractère immaculé de nos premiers jours, retrouver cette couleur claire et lumineuse… mais il serait plutôt temps de renoncer, et même si les marques resteront à vie, rien ne nous interdit de faire mieux dans l’avenir.

J’aime raconter des histoires, et surtout celles des autres. Il est bien rare que je traite de la mienne dans ces lignes, mais j’ai décidé de commencer ce billet en l’évoquant. J’ai toujours considéré que je devais à mes lecteurs de la transparence et de l’honnêteté intellectuelle, de par la confiance que vous m’accordez en me lisant. En parallèle de ce blog, j’ai développé ces dernières années une activité de conseil, visant à partager l’expertise bâtie ces dix dernières années directement avec ceux qui contribuent à faire le pain chaque jour. Cela correspond à une sincère volonté de ma part de ne pas être un simple observateur, dont la position est en définitive bien confortable, mais un acteur du changement que j’ai toujours appelé de mes voeux. Plusieurs options s’offraient à moi pour tenter de faire porter mon message, et j’ai pendant plusieurs années choisi celle de m’adresser au premier partenaire des artisans boulangers, à savoir la meunerie. Il y avait sans doute une forme de naïveté non assumée dans cette décision, ainsi qu’une volonté d’impulser un mouvement bien plus fort que je n’aurais été en mesure de le faire en m’adressant à une multiplicité d’acteurs de petite taille. Bien sûr, on aurait pu y voir le souhait d’engranger rapidement d’importants revenus, ces entreprises ayant des moyens financiers non négligeables. Au risque de décevoir les esprits chagrins, mon travail ne m’a pas rendu riche, bien au contraire. J’ai longtemps été dans l’incapacité de mesurer la réelle valeur de mes prestations, un trait amplifié par le souhait délibéré de mes partenaires de la minimiser… au point de risquer de la faire disparaître, par le renoncement que j’ai souvent eu en tête.
Je me suis trompé au moins autant que j’ai été trompé. J’ai servi des valeurs, des méthodes et des idées qui ne sont pas les miennes. Pire, j’ai contribué à les rendre plus vendables en participant à cet écoeurant effort développé par la meunerie pour améliorer ses vitrines, tout en conservant une arrière boutique sombre et remplie de cadavres. Sans doute aveuglé par la conviction de faire le bien, j’ai continué dans cette voie, alors que j’étais rappelé à l’ordre par ma conscience et la réalité du terrain. Recevoir un peu d’argent, suffisamment pour vivre et ne pas trop s’en soucier, aide un temps à faire oublier ces considérations… mais pas éternellement. Le réveil est difficile, amer et il laisse des traces indélébiles – car je sais bien que je n’aurai jamais plus les mains propres, quand bien même mon action en tant que telle n’aura pas été néfaste. J’ai donc mis fin à mes missions auprès des Moulins Bourgeois en début d’année, me libérant ainsi de nombreux cas de conscience, même si je n’en garde pas moins de la sympathie vis à vis de plusieurs de leurs salariés.

Un environnement concurrentiel malsain

La concurrence peut être une formidable source d’émulation positive, en incitant les acteurs d’un marché à se remettre en question pour maintenir leur position, voire l’améliorer dans certains cas. On le voit dans de nombreux secteurs d’activité, avec une véritable course à l’innovation et à la différenciation par les produits ou les prestations. En meunerie nous sommes bien loin du compte, car les variables financières demeurent prépondérantes – et ce malgré les efforts considérables déployés pour prétendre que ce serait la « qualité » -de la farine, de l’accompagnement technique et commercial- qui primerait.

Les Grands Moulins de Paris ont lancé en début d’année une nouvelle identité de marque, affirmant notamment « l’audace » de l’entreprise et son engagement dans l’authenticité : si l’on en croit ces supports, tout serait vrai. Aussi vrai que les relations commerciales malsaines que l’entreprise entretient avec ses clients, avec des forces de vente souvent plus intéressées par la fourniture de produits surgelés que de farine ? Aussi vrai que ses multiples revirement de position vis à vis des labels de qualité et sa position de passager clandestin dans des démarches telles que le Label Rouge ? En définitive, je crois qu’une seule chose est vraie : la tentative du service marketing de racheter une virginité à cette entité dont l’image est sérieusement écornée, aussi bien en France qu’à l’international.

Les grands acteurs meuniers « historiques » que sont les Grands Moulins de Paris, Axiane Meunerie ou encore Moulins Soufflet ont perdu du terrain alors même qu’ils étaient les plus en pointe sur la capacité à « faire du prix », ce qui tient pour beaucoup à une vision bien particulière du marché : derrière une kyrielle d’outils marketing plus ou moins utiles et un catalogue produit très étendu se cache le pari du grand affaiblissement de la boulangerie artisanale, voire de sa disparition à long terme, la culture de ces entreprises faisant bien peu de cas de l’humain et de la diversité. De fait, leur image s’est considérablement dépréciée, devenant progressivement les partenaires d’artisans faisant bien peu de cas de leur métier.
Dès lors, la « meunerie familiale » avait toute latitude pour se développer… en reprenant pour certains les pratiques commerciales agressives de leurs confrères : il faut dire que les acteurs ayant connu l’âge d’or de la filière et bien géré leur entreprise ont amassé un pécule qui leur permet aujourd’hui d’investir et de s’inscrire dans une logique de conquête effrénée.

A Semblançay (37), le site d’Axiane Meunerie était spécialisé dans la fabrication de farines Label Rouge. Pourtant, le groupe a annoncé fin 2020 son intention de fermer le site, alors même qu’il met en avant son engagement dans les filières de qualité. Il y a un fossé entre les prétentions du groupe et la réalité du terrain, qui n’a eu de cesse de réorganiser son activité et de fermer des unités de production… alors même que ses clients sont demandeurs de produits locaux. Avec cette nouvelle organisation, les farines viendront de toujours plus loin (ainsi que les grains), faisant exploser leur impact écologique. Cela traduit l’incapacité de la coopérative Axereal d’être en phase avec les attentes du marché, tout en s’orientant dans une logique toujours plus financière et déshumanisée.

Prenons le marché francilien, que je connais bien puisqu’il concentre énormément des dérives préjudiciables aux artisans sur le long terme et que cela demeure mon terrain de jeu naturel. Il s’y joue aujourd’hui une querelle intestine entre les Moulins Bourgeois et les Moulins Familiaux (regroupant les Moulins de Chars, de Chérisy, de Brasseuil et Paul Dupuis), qui concentrent l’essentiel des dossiers de mutation et de changement de fournisseur… mais certainement pas pour la qualité exceptionnelle de leurs produits, même s’il est indéniable que ces meuniers fournissent aujourd’hui des farines régulières et pouvant répondre à l’ensemble des attentes d’un artisan boulanger, sinon quoi d’autres entreprises seraient aussi performantes (à l’image des Moulins Viron, Foricher, Fouché… qui ont également de très bons produits, un ancrage régional et des capacités logistiques).

Le Bio est particulièrement mis en avant par les Moulins Familiaux, comme pour légitimer un engagement dans les démarches qualité qui n’est en définitif que très récent, sachant que les Moulins de Brasseuil ont longtemps été le parent pauvre du groupe.

La surenchère se situe plutôt sur le sujet du prêt meunier et des prix au quintal de farine, avec un mécanisme particulièrement pervers entretenu par ces deux acteurs : étant en concurrence frontale sur de nombreux dossiers, ils se livrent alors une guerre dont certains n’hésitent pas à jouer pour bénéficier de conditions extrêmement avantageuses. Certains ne se privent pas de jouer de la situation et de profiter de leur position : il n’est pas difficile de s’imposer quand on possède plusieurs affaires, avec les quintaux de farine associés. Dès lors, pour ne pas perdre ces volumes, tout est permis : chèques délivrés en quelques heures, argent liquide, utilisation des comptes bancaires personnels… Soyons clairs : cela crée une distorsion de concurrence évidente, en plus de mépriser toutes les règles auxquelles sont soumis les organismes de crédit. J’ai peine à comprendre pourquoi et comment les autorités ne se sont pas encore saisies de la question, à moins que ce ne soit grâce aux importants soutiens politiques dont bénéficient de telles entreprises.

Cette « meunerie familiale » a ses bijoux de famille, qui ont droit à un traitement privilégié, allant d’une priorité dans l’accompagnement technique à une générosité commerciale sans limites. Quand on voit comme dans cette vidéo des livreurs et des sacs Moulins Bourgeois (la séquence s’apparenterait presque à un spot publicitaire !), on comprend bien que l’entreprise se satisfait particulièrement de livrer des boulangeries telles que Mamiche. Pourtant, est-ce bien l’image que l’on doit donner du métier, avec un marketing à la limite du vulgaire et un respect très discutable de ses confrères ?

Il serait pourtant grand temps de mettre fin à ces pratiques qui ne bénéficient pas aux artisans : il faut bien que certains paient, et le delta entre le prix minimum et maximum de vente au quintal d’un même type de farine a de quoi donner le vertige. Certains se contentent ainsi de payer, sans bénéficier d’aucun service en retour.

Pour illustrer le caractère malsain de la concurrence entretenue entre meuniers, je pense que cette capture d’écran est assez parlante. Après avoir été poussé vers la sortie de l’entreprise familiale, Vincent Fouché a rejoint en 2021 l’équipe des Moulins Familiaux… ce qui traduit un profond manque d’éthique, à la fois de la part de cet individu mais aussi de son nouveau patron. Les clients et collaborateurs des Moulins Fouché ont de quoi s’interroger, et je les comprends.

Un écosystème toxique

Malheureusement les freins au changement sont nombreux, à l’image de ceux présents autour de nos modes de consommation ou de gouvernance, car les personnes à la tête de ces structures s’accrochent à leur pouvoir et aux privilèges que ces méthodes leur confèrent. Un écosystème particulièrement toxique s’est développé autour de la boulangerie artisanale, avec des acteurs se positionnant comme des « partenaires » de l’artisan… tout en ne partageant pas ses intérêts.

Il y a certaines histoires qui génèrent un déclic, car elles mettent face à la profonde cruauté d’une réalité. J’ai eu écho il y a quelques mois de la situation de la boulangerie Tandem, située dans le 11è arrondissement parisien. Précédemment exploitée par la famille Gana, l’affaire avait été reprise par la fratrie Ly en avril 2018. C’est une histoire qui est somme toute assez banale dans un univers de requins : les deux entrepreneurs s’étaient fraichement reconvertis à la boulangerie et on les a placés à la tête d’un établissement dont l’exploitation ne pouvait être que compliquée : la concurrence s’est en effet intensifiée dans la zone, avec l’arrivée d’une boulangerie très marketée juste en face, s’ajoutant à la présence d’une enseigne parisienne en vue un peu plus bas. Leur faible bagage métier ne leur a pas permis de mener à bien leur projet, et c’est tout juste après trois ans qu’ils ont cédé le fond en ce début de mois. C’est un désastre humain et économique : payée 785000€ en 2018, ils n’en ont retiré que 490000€. Autant dire que tous ceux qui ont choisi de les accompagner ont du sang sur les mains : autant le marchand de fonds que le meunier (en l’occurence les Moulins Bourgeois), car ils savaient pertinemment le sort auquel les deux associés s’exposaient. L’accompagnement et le service tant vantés par l’entreprise verdelotaise n’a semble-t-il été que bien virtuel. J’ai été très choqué par la violence d’une telle situation, et c’est sans doute ce qui m’a décidé à mettre un terme à mes missions dans cet univers malsain.

Qu’ils soient marchands de fonds, de matériel ou de matière première, ils profitent pour beaucoup de la naïveté et de la confiance du boulanger, une grande partie d’entre eux ne disposant pas d’un grand recul et d’une visibilité sur l’état du marché du fait de leur implication au sein de leur entreprise. Cette toxicité peut prendre plusieurs formes, avec des conseils biaisés, des tarifs gonflés… ou des commissions indues. Pour ce sujet, les marchands de fonds présents sur la place parisienne ont bien compris tout l’intérêt qu’ils avaient à entretenir des liaisons (dangereuses ou pas, à chacun d’en juger) avec la meunerie pour imposer leur influence et continuer à distribuer les cartes. On pourrait bien sûr citer le cabinet Huchet en tête, mais ses confrères ne déméritent pas en la matière, à l’image d’ALC, Bono et autres. Ces acteurs contribuent à la disparition de la diversité au sein de la profession, alors même que cette dernière est essentielle : ils privilégient les acteurs bien installés, avec une politique clientéliste, leur réservant les emplacements les plus en vue… et distribuant ensuite les miettes aux nouveaux arrivants, faibles apports et autres profils atypiques.

La débauche de moyens offerte à certains a de quoi laisser songeur : un artisan indépendant aurait-il eu droit à un tel accueil (mobilisant plusieurs démonstrateurs, du matériel et des matières premières), sachant d’autant plus si ce dernier ne prenait pas toute sa farine chez le meunier en question, comme c’est le cas ici ?

Le cynisme de ces acteurs s’étend même jusqu’à leur pleine conscience du fait que de nombreux artisans seront en difficulté à moyen terme, leur permettant de réaliser une nouvelle transaction tout en ayant potentiellement la primeur de l’information : cela justifie pour certains de continuer à livrer des affaires dont l’état général bafoue toute notion de respect des salariés, de la clientèle ou globalement du métier. J’espère que leurs représentants sont largement pourvus en pince-nez, à moins que cette odeur ne soit devenue leur lot commun au point d’en être imperceptible.

Un développement du service basé sur la volonté de maintenir une emprise sur les artisans

Il faut bien comprendre que ceux qui oeuvrent réellement pour le bien commun n’en font pas une publicité permanente, mais agissent, avec la (maigre, mais réelle) satisfaction de laisser une empreinte positive après son passage. Les efforts de communication déployés autour de la fraiche culture du service développée chez nombre de meuniers et autres « partenaires » de la boulangerie artisanale ont quelque chose d’insolent, voire de détestable, car cela ne touche qu’une très petite partie de leur clientèle… et, de plus, avec un état d’esprit bien particulier. Ces dix dernières années ont marqué une émancipation progressive de la clientèle puis des boulangers vis à vis des enseignes et mélanges prêts à l’emploi qui constituaient une grande partie de l’offre jusqu’alors.

Quand on voit l’état de tels établissements, on peut bien se demander ce que leur meunier leur a apporté… à part la généreuse dotation de deux enseignes, qui viennent s’ajouter à deux autres. Je vous passe l’état intérieur de l’établissement, qui n’a plus rien d’une boulangerie. Le pire dans tout cela est que ces entreprises se vantent de participer au maintien de l’artisanat, y compris dans des quartiers populaires. S’il s’agit de partager cette vision du métier, avec une qualité de produit inférieure aux chaines et à l’industrie, je ne vois pas l’intérêt, si ce n’est de vendre de la poudre blanche.

Cependant, les barons que sont les meuniers ne peuvent concevoir de perdre de l’influence sur leurs chers serfs, les contraignant alors à faire évoluer à la marge leur mode de fonctionnement pour faire perdurer leur emprise. C’est ainsi que sont nés les « stages », « écoles » et autres « académies », qui n’ont pour autre but que de s’inscrire comme un argument de la relation commerciale… mais certainement pas de faire perdurer le savoir-faire boulanger, sinon quoi l’approche serait bien différente et ouverte. S’il y avait une quelconque forme de sincérité dans cette logique d’accompagnement, ces entreprises développeraient une démarche cohérente, avec un discours clair et unique, impliquant l’ensemble de leurs équipes, qu’elles soient commerciales ou techniques. Les commerciaux ne seraient plus de simples vendeurs de farine, obsédés par les quintaux et la performance, mais mus par une volonté de faire grandir leurs interlocuteurs par un échange continu et pertinent, avec une vision la plus complète et objective possible du marché.
Mieux encore, ces fabricants de poudre blanche s’impliqueraient réellement pour l’avenir de la profession en intervenant auprès des jeunes, dans les écoles et CFA, et tisseraient des liens solides avec ces institutions pour leur apporter un peu des moyens considérables dont certains disposent encore. L’essentiel de la vie d’un artisan se joue dans sa formation initiale, grâce aux convictions qu’il se forge au fil des rencontres et des expériences. On pourra toujours essayer de coller quelques morceaux de scotch par la suite pour réparer des objets cassés dès la conception, bien sûr. On le fait surtout car il est beaucoup plus facile de manipuler des personnes n’ayant pas d’idée précise de leur métier : le réel enjeu de la formation est la liberté de nos artisans, car c’est la seule voie qui permettra de maintenir une boulangerie riche de diversité et donc d’avenir. Toutes ces gammes uniformes et reproduites à l’infini, même si elles sont réalisées avec des farines biologiques et quelques grammes de levain naturel, n’ont aucun sens : ni pour le consommateur, ni pour les boulangers qui n’impriment aucune identité.

Une absence de vision et de projet pour la boulangerie artisanale

Tout cela est la conséquence directe d’une absence de convictions et de réflexion portée sur l’avenir de la filière, ou plutôt la triste pensée selon laquelle les affaires comptent plus que tout. En réalité, il n’est pas question de vouloir en faire ou pas, mais de concevoir une façon de concilier les variables économiques, le sens et l’humain. Aux yeux de ces ogres, vampires et autres parasites présents sur le marché, seul le mythe de la croissance infinie existe : on pourrait faire toujours plus, épuisant ainsi nos ressources humaines et naturelles. Pourtant, nous savons aujourd’hui à quel point ce mode de pensée est destructeur et qu’il est urgent de s’orienter vers l’objectif de faire mieux. En la matière, les possibilités sont nombreuses et ouvrent la voie à un océan de créativité, où chacun pourrait être impliqué dans le même projet.
Cette cohérence manque à l’essentiel des meuniers, car ils se contentent de suivre des tendances de marché sans chercher à les analyser ni même à savoir si elles sont durables. Leurs équipes doivent alors conjuguer les objectifs de performance et tenir des discours pouvant être diamétralement opposés auprès de leur clientèle. Qui possède ainsi deux cerveaux, ou bien une face A et une B ? Je suis rassuré par le fait que nous finissons invariablement par être rattrapés par nos incohérences et le caractère éphémère des faux-semblants dans lesquels nous nous engageons lâchement -et je ne m’exclus pas de la chose, on peut bien considérer ce billet comme un examen de conscience implacable, douloureux, mais nécessaire-.

La Pétrie est un bon exemple de la volonté développée par les meuniers d’emmener les artisans dans une voie contrainte et proche de la franchise. Certains seraient bien tentés de s’en inspirer au vu des résultats obtenus par le groupement : si la réussite économique est indéniable, on peut se questionner sur la durabilité de l’ensemble, et du sens que cela apporte aux boulangers. Les déposséder ainsi de leur savoir-faire et donc de leur liberté n’est pas acceptable.

Pour parvenir à développer une vision pertinente de la boulangerie artisanale, il faudrait mettre fin à la suprématie de l’égo, qui guide la plupart des actions sur l’échiquier de la profession, redonner une vraie place aux fondamentaux du métier que sont le pain et la viennoiserie puis abandonner cette quête perpétuelle du développement des affaires, poussant les artisans à voir toujours plus grand, avec une puis deux, trois.. boutiques, du matériel, des espaces de vente clinquants… mais toujours moins de sens et de plaisir à gérer leurs entreprises.

Casser les codes, imposer ses exigences

Face à tout cela, il est indispensable pour les acteurs engagés dans une autre logique de se faire entendre. J’irais presque jusqu’à dire à entrer en résistance, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit. Les boulangers doivent s’émanciper de ce système qui les détruit. Les solutions ne sont pas légion, d’autant plus si les meuniers ne veulent pas jouer le jeu. Dès lors, il faudra s’en passer, investir dans de petits moulins indépendants ou partagés entre artisans et revenir au plus près de la matière première. C’est un effort supplémentaire pour les artisans, mais si la liberté doit avoir ce prix, je crois que nous devons être prêts à le payer. La contrepartie est la totale transparence assurée auprès des consommateurs, et un meilleur alignement vis à vis des attentes sociétales en terme de qualité de l’alimentation.
Il faudra aussi changer en profondeur de doctrine sur le prix des fonds de commerce, et renoncer à la culbute à la sortie (et donc privilégier une exploitation saine et rentable) pour adopter une logique de transmission, permettant à de nouveaux arrivants d’accéder à des affaires dans des conditions leur permettant d’envisager une exploitation saine et non centrée sur le seul objectif du chiffre.
Pour les meuniers encore sincères dans leur engagement auprès de la boulangerie artisanale, il est grand temps de renforcer vos positions, faire le ménage dans vos préparations, relations douteuses et autres pratiques qui brouillent votre discours et enfin accompagner vos clients dans une logique de durabilité et de respect… sinon quoi vous disparaitrez, broyés par la grosse meunerie « familiale » -qui n’en a plus que le nom, pour se donner une image plus sympathique- et l’évolution des attentes des consommateurs puis des boulangers.
Le temps est venu d’agir avec les mains propres, même si cela implique de renverser la table, la chaise et tout le reste. C’est parfois dans le désordre que naissent les plus beaux mouvements et les plus belles idées.

11 réflexions au sujet de « Les mains sales »

  1. Il faut beaucoup de courage pour se découvrir ainsi. .
    Et le titre du billet est loin d’être anodin. Comme Hugo dans la pièce de Sarte refusant la lâcheté et le silence qui s’imposaient pourtant à lui.

    • Merci Rémi pour ta réflexion que je partage. Je pense que l’unité de mesure est au centre du sujet. Certains utilisent le quintal comme repère métier tandis que d’autres s’intéressent aux produits finis et satisfaction des consomma(c)teurs…bref deux visions antinomiques du sujet à mon sens à la réussite d’un projet professionnel. L’indépendance des acteurs de la filière est néanmoins primordiale pour une offre qualitative et de proximité. Faire du Pain ne doit surtout pas être un nivellement vers le bas mais une source d’épanouissement aux risques de voir disparaître nos bons Artisans. Paraîtrait il qu’ il manque de Boulangers en France……???

      • Merci Matthieu pour ton commentaire. Effectivement, ta remarque sur l’unité de mesure est très pertinente. Nous avons une véritable hémorragie de boulangers en France, et on en parle très peu : dégoûtés du métier, nombre d’artisans le quittent, à différents stades de leur vie (en cours d’apprentissage, en tant qu’ouvrier ou après plusieurs années d’installation). Il est clair que l’état actuel de la chose ne donne pas envie de participer à pourvoir ces milliers de postes à pourvoir 😉

  2. Bravo pour ce billet courageux ! Que vivent les « nouveaux » boulangers, les paysans-boulangers et les filières de type levain/blés anciens. Il y a une nouvelle génération formidable, gonflée d’une énergie saine et positive, à même de changer les choses. Cela prendra sans doute du temps, mais c’est très prometteur. Il faut que ces « nouveaux » acteurs (souvent en reconversion) croissent et multiplient, et finissent par faire entendre une voix qui compte désormais. Je ne suis que client/consommateur pour le moment, mais la reconversion se profile. Je mûris mon projet jour après jour et je suis de près les évolutions du marché, les tendances, les nouveaux venus (à Paris comme en province). Nous devons faire muter le métier en profondeur et opérer un retournement total pour revenir à des fondamentaux sains.
    Bravo encore Rémi. Continuez. Vous avez des alliés.
    Matthieu

    • Merci Matthieu. Effectivement le changement est en marche, et nous pouvons tous en être acteurs. Je vous souhaite beaucoup de réussite et d’épanouissement dans votre projet de reconversion!

  3. Tellement d accord avec toi!
    On se retrouve dans des situations où on a pas souvent pieds malheureusement et tu as tout dit!!
    Bravo pour ton travail encore une fois et ta franchise envers ta belle personne!!

  4. Bonjour Rémi,
    Je suis l’ancienne propriétaire de la boulangerie Tandem et vous ne vous êtes pas renseigné auprès des bonnes personnes sur ce qui s’est passé. Pour raconter l’histoire des autres, encore faut-il la connaître. Comment avez-vous mené vos interviews ?
    Vous pouvez croire les ragots, mais il faut éviter de les diffuser.
    C’est une fake news et c’est ça qui est malsain pour moi.
    Sophie

    • Bonjour Sophie,
      Je suis navré que nous ne partagions pas la même version de votre histoire, et que vous doutiez ainsi de la rigueur avec laquelle j’ai recueilli les informations publiées dans ce billet, qui n’ont rien de « fake news ».
      Bien entendu, vous disposez d’un droit de réponse pour rétablir votre vérité.
      Cordialement,
      Rémi

  5. Merci Rémi pour ce billet fidèle à toi-même : authentique et direct.
    On peut effectivement se réjouir de voir apparaître de nouveaux boulangers engagés. On peut aussi espérer qu’internet apporte des éléments de formations aux plus curieux, au-delà de formations conventionnelles et du marketing des meuniers.
    J’apprends avec tristesse en te lisant la fermeture de Tandem, j’avais eu l’occasion d’y aller une fois et avais été accueilli avec beaucoup de gentillesse.

Répondre à Jerome Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.