Sommes-nous prédéterminés dès la naissance ? Nos origines influent-elles sur nos choix de vie et donc notre parcours personnel et professionnel ? C’est en tout cas ce que l’on pourrait parfois croire lorsque l’on suit ces véritables dynasties boulangères et cette tradition du fils de boulanger qui épouse la profession à son tour… Cela se retrouve plus dans les métiers artisanaux que dans les autres, mais la famille sert souvent d’inspiration dès lors qu’il faut nommer son commerce…

Pour les frères Berthommier – Jean-Sébastien et Thomas -, Gustave, c’est avant tout un hommage à leur grand-père, épicier lui également. Seulement, il ne s’agissait pas de reproduire à l’identique le métier de l’époque, il fallait bien lui apporter une touche contemporaine… et parisienne.
Le résultat ? Un épicier-traiteur ouvert tous les jours, où l’on peut choisir de déguster sur place ou d’emporter les douceurs. A l’angle du boulevard Malesherbes et de la rue de Miromesnil, cette boutique et ses notes de rouge vif ne manqueront pas d’attirer votre regard.

Nougat, sardines, des gourmandises dès l’entrée

Le plus intéressant est à l’intérieur. Dès l’entrée, le chaland est interpellé par une amusante crème de Nougat (de la maison Sénéquier à Saint-Tropez, s’il vous plaît), nature ou agrémentée d’éclats d’amandes et de noisettes, ainsi que par les pâtes, conserves de la mer, mélanges pour cocktails et autres alcools variés.
Il ne faudrait pas s’arrêter en si bon chemin et passer à côté des chocolats d’Henry le Roux, des confitures élaborées artisanalement dans le Médoc, des thés, cafés, ou encore des cakes, dont ce fameux Ecossais aux amandes.
Côté produits frais et traiteur, là encore, Gustave à son mot à dire et c’est ce qui donne toute sa dimension de « deli » à la française à l’endroit. On retrouve la même volonté de sélectionner des produits fins, avec notamment une sélection de yaourts, desserts lactés et crémerie en provenance de chez Beillevaire, le fameux crémier.

Confitures, pâtes, chocolats… rien ne manque, que ce soit pour le petit-déjeuner, le déjeuner ou même le goûter

La mezzanine qui surplombe l’ensemble permet de profiter pleinement de la carte de restauration, renouvelée de façon régulière. Ainsi, en ce moment, on peut se régaler d’un gaspacho, d’une salade de mesclun accompagnée de sardines et d’une pâte d’olives de Kalamata, d’une tarte fine tomate-basilic, d’un cabillaud sauce homardine garni de tagliatelles, d’un carré d’agneau, d’une nage de crevettes au Curry… et au dessert d’un Paris-Brest, d’une soupe mangue-coco ou encore de divers entremets chocolatés ou aux fruits. Vous l’aurez compris, le choix ne manque pas, et les saveurs non plus. Les plus pressés pourront choisir d’emporter leur repas, conditionné dans des emballages plutôt bien pensés. Ce qui est d’autant plus appréciable que les tarifs demeurent assez doux pour le quartier : comptez environ 5 euros pour une entrée, et une dizaine d’euros pour un plat. Bien loin des sommes demandées chez certains traiteurs installés non loin de là.

Entrées, plats & desserts

Cet assortiment de bonnes choses est accompagné par un service charmant et efficace, qui évolue dans cette boutique lumineuse et aménagée avec goût. Il en résulte une ambiance agréable, certes légèrement bruyante à l’heure du déjeuner, compte tenu de l’affluence, mais rien de bien gênant.
On pourra tout de même regretter qu’une gamme de pain ne soit pas proposée, ce qui compléterait agréablement l’offre et apporterait un vrai « plus », d’autant que Gustave est ouvert tous les jours de la semaine. Mis à part du pain de mie et des brioches « frais », rien ne pourrait satisfaire les panophiles en manque de croûtes croustillantes et de mies moelleuses que nous sommes parfois.

Sélection de vins

Infos pratiques

72 boulevard Malesherbes – 75008 Paris (métro Villiers, lignes 2 et 3 ou Saint-Augustin, lignes 9 et 14) / tél : 01 53 76 16 09
ouvert tous les jours de 10h30 à minuit.

Faut-il y aller ? Chez Gustave, le concept de « cuisinier-épicier » a été bien pensé et réalisé. On trouve en effet dans cette sympathique boutique d’angle, assortie d’une terrasse sur le boulevard pour les beaux jours, une sélection resserrée de produits fins (confiseries, conserves, gourmandises, thés et cafés…) accompagnée d’une gamme traiteur aux recettes bien pensées et savoureuses. La carte est renouvelée régulièrement, avec un choix de salades, entrées et desserts. Ces derniers sont d’ailleurs plutôt soignés, réunissant classiques et créations (Paris-Brest, entremets ou petits gâteaux type génoise garnis…). On regrettera toutefois que le pain ne soit pas plus mis à l’honneur ici (seuls des pains de mie en sachet sont proposés), car une gamme -même courte- livrée par un des artisans du secteur aurait pour mérite de compléter les repas, accentuant encore le caractère pratique du lieu, au vu de la large amplitude de ses horaires d’ouverture.

2 réflexions au sujet de « Gustave, Paris 8è, un épicier-traiteur tout en couleurs »

  1. Belle boutique; personnel accueillant et sympathique; plats cuisinés excellents dont le poulet Tikka et le filet de flétan rôti!! Nous retournerons à cette boutique lors de notre prochain séjour à Paris. Une belle découverte pour 2 Montréalais gourmands… Au plaisir de vous revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.