Chez Du Pain et des Idées, on aime bien faire dans le disruptif, visiblement. En effet, Christophe Vasseur a récemment annoncé son intention d’arrêter de vendre des baguettes pour se consacrer à la « star » de sa boutique, le médiatique Pain des Amis. Je suis assez perplexe et en désaccord avec ce choix.

Le pain est quelque chose de simple, d’accessible. Il doit le rester. Par le passé, les augmentations de son prix ont provoqué des révoltes. Aujourd’hui, la situation est certainement moins tendue mais il n’en demeure pas moins qu’une partie de la population n’a pas les moyens – ou ne souhaite pas les mettre, c’est un autre débat – de payer une baguette de tradition et préfère le pain « ordinaire », très blanc et… peu savoureux. C’est dommage, autant pour les artisans que pour les consommateurs qui n’ont pas sur leurs tables des produits de qualité. Néanmoins, la baguette de tradition reste le produit le plus accessible des pains « premium », respectant des méthodes de fabrication raisonnées.

Chez Christophe Vasseur, le pain n’est pas particulièrement bon marché. Aujourd’hui, la baguette parisienne marque l' »entrée de gamme », pour 1 euros 15 les 250gr. Vient ensuite la flûte à l’ancienne pour 1 euros 35 les 200gr. Le Pain des Amis et le Pagnol sont proposés à 2 euros 10 les 250gr. 8,4 euros le kilogramme, ce n’est pas rien. Certes, c’est certainement justifié par l’emploi de matières premières de qualité, d’une productivité relativement faible du fait de la (très) longue fermentation de la pâte… mais c’est un tarif élevé, que beaucoup ne souhaitent pas mettre – et c’est tout à fait justifié, chacun met ses priorités là où il l’entend !

En supprimant la baguette, je pense que l’on aboutit à une boulangerie élitiste, dédiée à des privilégiés, ou bien à des personnes particulièrement sensibles au pain qu’elles achètent. Je peux dire que j’en fais partie, j’aime beaucoup le Pain des Amis et le Pagnol, mais je suis attaché aux valeurs de partage et d’universalité qui sont celles du pain. Je refuse qu’on les perde. Alors, que faire ? Pour ma part, je crois que ce sera simple : je cesserai d’être client, bien que je continue à apprécier les produits. Façon de signifier mon désaccord…

Je sais que je ne suis pas le seul à être contre, j’espère simplement que M. Vasseur prendra le temps de peser l’impact de sa décision.

2 réflexions au sujet de « Christophe Vasseur arrête la baguette : vers une boulangerie élitiste ? »

  1. Je n’apprécie pas du tout le spécimen hautain de cet artisan boulanger qui se croit un peu au-dessus des autres en se mettant comme « donneur de leçon » aux clients, lui même n’est pas un très grand professionnel dans le métier il suffit juste de l’observer et je suis toujours surpris par son égo.

  2. He bien voilà nous en sommes toujours au même constat : quand serez-vous un jour heureux et positif?? Vos êtes toujours là à cracher votre venin, vous tes un incapable et jaloux de la réussite des autres. Monsieur Vasseur à raison d’agir ainsi et il va jusqu’au bout de ses idées:: ce n’est pas parce que l’on passe devant chez ferrari que l’on va aller leur dire qu’ils ont le melon et que l’on n’achètera pas leur voiture!!! C’est une histoire de moyens, de choix, et chacun est libre d’acheter le pain qu’il aime et soudainement parce monsieur petit merdeux vient dans le magasin faudrait se plier à ces exigences??? Du vent et allez bosser et vous remettre en cause plutôt que de toujours venir critiquer négativement tout ce que vous voyez!!!!
    A bon entendeur !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.