Rue Vercingétorix, Paris XIVè. Derrière Montparnasse. Un groupement d’immeubles… Le Moulin de la Vierge. Ce serait donc d’une immense boulangerie sur plusieurs étages, avec cages d’escaliers et ascenseurs ? Trêve de plaisanteries. Avant de parler de ce que sont ces boutiques aujourd’hui, revenons un peu en arrière, sur l’histoire de cette entreprise et de son fondateur, Basile Kamir.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’homme s’est tracé un parcours atypique. Journaliste dans les années 70, il s’installa dans ce qui deviendra plus tard sa première boulangerie en 1975 pour y vendre… des disques ! Problème deux années plus tard, un projet de démolition de l’immeuble et de cette jolie boutique est lancé. Cela ne l’arrête pas et il en obtient le classement, du fait de sa décoration et de son caractère authentique, se rattachant à notre patrimoine. Se prenant au jeu, Basile Kamir se lance dans la boulangerie pour faire vivre ce lieu. Avec ce vieux four, dans cette boutique nouvellement monument historique, il commence à produire du pain à base de farine de meule sans plus de formation… Un complet autodidacte !

Les choses ont bien changé aujourd’hui. Certes, la boulangerie historique du 105 rue Vercingétorix et son four Lefort de 1907 sont toujours en activité, mais 3 autres points de vente l’ont rejointe (en réalité, il y a en a eu plus à une certaine époque, qui ont repris leur indépendance depuis).
On y retrouve toujours un décor à l’ancienne, vieux carreaux et belles devantures noires laquées. Seulement, l’authenticité en a pris un coup : tout est théâtralisé, cela se résume à un concept d’aménagement habilement élaboré. Pour autant, je n’en renie pas le caractère agréable et réussi.

Les produits complètent assez bien ce côté rustique : ici, on met en avant les pains au levain « le meilleur pain de campagne en ville », affiche fièrement la boutique de la rue Saint-Dominique. Ce fameux pain de campagne est la signature de l’enseigne. Décliné en boules de 250gr, en bâtards de 500gr ou en formats plus volumineux, il est également proposé avec des inclusions de noix ou de céréales. Le meilleur en ville ? Pas pour moi, en tout cas. Assez peu acide pour un pain sur levain, il ne développe pas énormément d’arômes et reste très neutre. L’utilisation de farines Bio n’est ici pas un gage de qualité supérieure. Sa conservation reste cependant acceptable, avantage conféré par son procédé de fabrication.

Côté baguettes, la spécialité est nommée « Paresseuse », en référence à sa longue fermentation. Là encore, rien de transcendant. Tarifée à un prix élevé (1 euros 18 les 250gr) pour une baguette de tradition, sa conservation est moyenne (5 heures environ au « top » de sa forme) et ses arômes ne sont pas particulièrement soutenus (notes de froment, oui, rien de plus).

Quelques pains spéciaux sont proposés, telles que les fougasses aux olives ou le pain à l’épeautre le week-end.
Bien entendu, on retrouve des viennoiseries, correctes mais pas exceptionnelles. Pour compléter l’offre sucrée, des pâtisseries sont proposées, et je vous inviterai à passer votre tour – tarifs élevés (pour une boulangerie de « quartier », j’entends) pour des produits quelconques (cupcakes peu savoureux, tartes aux fruits passables…).
Deux des boulangeries (avenue de Suffren et rue Saint Dominique) proposent un coin salon de Thé. C’est assez tentant, du fait du décor « à l’ancienne ». On retrouve des plats salés (pizzas, tartes) ainsi que du snacking (sandwichs, produits laitiers)… présentés dans des réfrigérateurs, en libre service ! Le côté authentique en prend en coup, on se croirait un peu chez une de ces enseignes de restauration rapide trendy.

Infos pratiques

105, rue Vercingétorix (métro Pernety ligne 13) – 75014 Paris / tél : 01 45 43 09 84
ouvert tous les jours sauf le dimanche de 7h30 à 20h.

64, rue St Dominique (métro La Tour Maubourg ligne 8) – 75007 Paris / tél. : 01 47 05 98 50
ouvert tous les jours sauf le mardi de 7h30 à 20h30.

6, rue de Lévis – 75017 Paris (métro Villiers lignes 2 et 3) / tél : 01 43 87 42 42
Ouvert tous les jours sauf le mercredi de 7h30 à 20h.

166, avenue de Suffren – 75015 Paris (métro Ségur ligne 10 ou Sèvres Lecourbe ligne 6) / tél : 01 47 83 45 55
ouvert tous les jours sauf le jeudi de 7h30 à 20h.

Avis résumé

Pain ? Rien qui ne justifie de traverser Paris. Le pain de campagne n’est pas si exceptionnel qu’ils souhaiteraient le faire croire, bien qu’il demeure dans une bonne moyenne. La baguette de tradition « Paresseuse » déçoit pour son prix.
Accueil ? Cela dépend des boutiques. Assez agréable avenue de Suffren, sympathique rue Vercingétorix, désagréable rue Saint Dominique. A noter que cette dernière est équipée d’une caisse gérant elle même les encaissements. On donne son argent… à une machine. Je trouve cela détestable !
Le reste ? Mouais. Viennoiseries correctes, je passe mon tour sur les pâtisseries. Juste une tentation de s’asseoir un peu pour profiter du cadre très réussi.

Faut-il y aller ? Cela reste une bonne boulangerie de quartier, comme on aimerait en avoir une près de chez soi. Rien de plus. Les tarifs sont un peu élevés pour ce que c’est, même si le pain de campagne est réalisé à partir de farines biologiques.


12 réflexions au sujet de « Boulangeries Le Moulin de la Vierge »

  1. Bonjour,
    C’est assez juste. Nous avons fait des efforts sur « le meilleur pain de campagne ville ». Bien à vous
    Basile

  2. Rue de Levis l’accueil est plus que médiocre et pas plus tard que ce matin on m’a endormi 5 eur sur le rendu de monnaie….les 2 caissières etaient visiblement de mèche. Je ne recommande pas ce genre de chaine….préférez un boulanger artisanal

  3. Dès je peux je me rends à l’adresse rue de Vercingétorix pour le pain de campagne, les mille-feuilles et les éclairs !
    J’ai découvert le pain à l’occasion d’un déjeuner à l’Assiette.

  4. Je m’arrêtais souvent rue Vercingétorix pour acheter une baguette normale il y a une quinzaine d’années. Elle était vraiment très bonne et au prix d’une baguette. Les pains spéciaux m’ont toujours gonflé, la plupart des boulangeries faisant des pains ou baguettes insipides pour vendre leurs pains spéciaux (tradition, etc…). Qu’en est-il maintenant?

  5. j’ai lu avec intérêt « l’avis résumé  » ci-dessus… je conçois que les habitués des boulangeries des supermarchés, puissent ne pas aimer un pain bien élaboré, au levain, cuit au bois et qui n’a pas connu la « soupe » (technique qui fait incorporer les pains invendus d’un jour ou deux dans la pâte pour éviter une perte pécuniaire…) je viens rue Vercingétorix une ou deux fois par semaine depuis la porte de Bagnolet, pour acheter une grosse miche ( 1 kg 600) qui doit avoir le gros défaut pour les amateurs de pain de chez Carrefour (ou d’autres), de rester croustillante durant deux à trois jours et de se conserver sans problème une huitaine de jours et de rester savoureuse (à la condition de la conserver dans un sac Papier et lui même enveloppé dans un torchon…
    J’ai connu Basile en 1983 après avoir ouvert un restaurant rue Decrès… et tous mes clients (ou presque) m’ont demandé l’adresse de mon boulanger… je me suis empressé de les renseigner…
    Bravo Basile, continue à nous faire du pain comme il y à 60, 70 ans et nous nous mangerons de fabuleuses tartines au goût de pain qui savent le levain, vrai et sincère non trafiqué…

    Georges

  6. Rejoins George sur son commentaire
    Tres bonne boulangerie a l heure ou 90 % des boulangerie ne fint plus de bon pain …
    Essayé il y a la qualité si vous etes un amateur .
    Philippe

  7. Je suis allé acheté un pain de campagne avenue de Suffren ; j’ai été très déçu par le pain au levain que j’ai trouvé plutôt fade. L’accueil quant à lui est déplorable : vendeuse pas aimable, ne sachant d’ailleurs par parler des produits. La boutique m’a plus donné l’impression d’un simple point de distribution employant des salariés digne de la grande distribution. Le décor et en réalité flateur et trompeur : j’ai plutôt eu l’impression de me rendre chez « Sephora » que chez un artisan boulanger !

  8. 105 rue Vercingétorix…. En 1975 c’était un lieu magique ! Une boulangerie auditorium. J’habitais au 3ème étage au dessus. Le quartier était très vivant, la salle Marilyn, la boite à bières etc…

  9. c’est dommage que la boulangerie rue Vercingétorix soit fermée, j’aimais acheter mon pain et quelques viennoiseries le matin ou le soir. Réouvrez la SVP, une habitante du 14ème. (je ne peux pas aller av.de Sufren, je suis handicapée).

  10. ATTENTION, le patron a changé, depuis environ 4 mois, le pain, pâtisseries ne sont pas de bonnes (qualités farine…), IMMANGEABLE Les prix non pas baissés. C’EST DEVENU MÉDIOCRE ou est la qualité française

  11. avenue de Suffren:
    – Pâtisseries surgelées de chez Coup de Pates
    – Pain pas toujours cuit sur place, ce qui est un comble
    – Quand au service…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.