Il n’est pas toujours évident de porter le même nom qu’une célébrité, tout en n’ayant aucun rapport de près ou de loin avec elle. Bien entendu, cela dépend du niveau d’exposition médiatique de la personne concernée et de son actualité plus ou moins forte. Dans certains cas, l’homonymie peut même être plutôt heureuse.

Dans le cas présent, je ne sais pas si le boulanger Alexis Anton peut se plaindre de partager le même nom que le fameux chef du Pré Catelan, Frédéric Anton. Le hasard a voulu que les deux hommes oeuvrent dans le secteur de la gastronomie, certes dans des domaines relativement différents, même si on y retrouve des intersections et points communs. Tout cela est plutôt souriant, car le chef étoilé a une très bonne réputation, tout comme sa cuisine. En parlant de restaurants, M. Anton fournit l’Auberge du 15, située à quelques centaines de mètres de là, au 15 rue de la Santé.

Ici, la « boulangerie Berthollet » n’a pas grand chose à voir avec le caractère luxueux du restaurant du bois de Boulogne. Une boutique d’angle – dont la couleur rouge témoigne encore d’une précédente appartenance au réseau Banette, dans un quartier relativement bourgeois et surtout très étudiant. Pas de plats élaborés, de desserts compliqués, Alexis Anton nous propose des produits traditionnels et boulangers.
La gamme des pains n’est pas particulièrement étendue, on y retrouve de grands classiques, dont bien sûr la baguette de tradition. Elle exprime un doux parfum de froment et offre une mie crème, bien alvéolée. Toutefois, son façonnage est un peu approximatif et on lui préfèrera sa déclinaison en « pain », vendu au poids, rappelant le Polka. L’intérêt, en plus de choisir la quantité que l’on souhaite, réside dans les belles cuissons dont bénéficient ces grosses pièces et de fait des croûtes bien marquées qu’elles nous offrent.
Le reste des pains est relativement bien réalisé, avec plusieurs propositions à la coupe, à l’image du pain de campagne ou de seigle. Les classiques aux céréales ou graines diverses sont également de la partie. Quelques créations propres à l’artisan sont présentées, comme la baguette Sarrasine, dont le nom ne pourra vous laisser que peu de doute quant à sa composition.
A noter également la bonne tenue de la baguette « ordinaire », plutôt soignée et bien cuite, pour une fois.

Le secteur sucré se décline autour de viennoiseries de bonne tenue, avec des croissants abordables (0,9€ la pièce) et soignés, ainsi que diverses déclinaisons d’escargots (chocolat, pralines…). On se laissera également tenter par les oranais ou par les sympathiques briochettes de la maison.
Quelques pâtisseries boulangères, telles que des éclairs, Paris-Brest et autres tartes au citron s’offrent à nous pour constituer un dessert simple mais efficace, bien que l’on ait tendance à les mettre de côté pour s’intéresser aux tartes vendues à la part, ou encore aux financiers. En effet, rien de bien exceptionnel dans ces douceurs.

Juste à côté, la courte gamme traiteur attend les étudiants et travailleurs du quartier. Quelques sandwiches aux saveurs basiques (crudités-thon, jambon-fromage, …) et quiches (lorraine, thon…), rien de plus, mais d’un côté c’est tellement mieux ainsi, car cela garantit une plus grande fraicheur des produits. Dans tous les cas, ces propositions constitueront un repas simple et plutôt savoureux, pour un prix plus qu’accessible – notamment grâce à des formules déjeuner. On ne demande pas mieux.

Quelques questions se posent quant à la farine utilisée : on retrouve des éléments des moulins de Chérisy, mais les sacs à baguette sont aux couleurs des Grands Moulins de Paris… Difficile de s’y retrouver, et c’est bien dommage, car tout le monde gagnerait à développer une communication plus claire autour de ce sujet important, même si beaucoup de consommateurs n’y prêtent aujourd’hui pas attention.

L’accueil, assuré par des jeunes filles souriantes, est sincère et sans cérémonie inutile, on sent une belle dynamique et une volonté de bien faire. La clientèle est servie efficacement et avec considération.

Infos pratiques

25, rue Berthollet – 75005 Paris (métro Censier-Daubenton, ligne 7) / tél : 01 43 31 03 51
ouvert du vendredi au mardi de 7h à 20h.

Avis résumé

Pain ? On préférera le pain de tradition, façonné « type Polka » et vendu au poids pour 5 euros/kg, à la baguette de tradition, dont le façonnage manque d’élégance. En effet, ce dernier affiche de belles cuissons et nous offre une croûte bien craquante, révélant une mie crème aux alvéoles irrégulières et au doux parfum de froment. Ne cherchez pas ici des produits particulièrement typés, l’ensemble est classique et honnête, à l’image des pains de campagne, de seigle ou aux céréales et graines. Des pains de table dans tout ce qu’ils peuvent avoir de respectable, en somme. Prix très raisonnables, beaucoup de pains sont vendus « au poids » – une pratique appréciable -, et bonne conservation. Courte offre de créations de notre artisan, telle que la baguette Sarrasine.
Accueil ? Les jeunes filles qui se succèdent derrière le comptoir assurent un service chaleureux et plutôt efficace. L’atmosphère est détendue, pas de cérémonies inutiles, le tout est en accord avec la simplicité des produits vendus et c’est bien appréciable.
Le reste ? C’est certainement la viennoiserie qui s’en sort le mieux parmi les propositions sucrées d’Alexis Anton. En effet, les becs sucrés apprécieront certainement les croissants au beurre, accessibles (0,9 euros la pièce) et plutôt soignés, ainsi que les diverses déclinaisons d’escargots. Passons notre tour sur les pâtisseries, très boulangères sans être vraiment soignées, pour privilégier des gourmandises plus simples (tartes à la part, financiers), ainsi que les sandwiches et quiches, tout à fait honnêtes.

Faut-il y aller ? La boulangerie Berthollet, ce n’est pas la vie de palace, mais M. Anton y propose des produits honnêtes et accessibles. Nous sommes ici dans une agréable adresse de quartier, où les travailleurs et étudiants peuvent se rendre le midi, où les mères de famille viennent avec leurs chérubins chercher le pain et quelques gourmandises (sucreries et viennoiseries sont de la fête)… La simplicité du pain au quotidien, en bref.

12 réflexions au sujet de « Boulangerie Berthollet, Alexis Anton, Paris 5è, savoureuse homonymie »

  1. A la lecture de cet article, je me suis dit que je passe peut-être souvent à proximité d’une bonne boulangerie.
    Je m’y suis donc arrêté ce matin :
    Points positifs :
    – les pains à la coupe qui permettent de découvrir les variétés sans avoir à prendre un pain entier.
    – les « escargots » qui ont l’air appétissants (pas encore goûté).
    Points négatifs :
    – j’ai pris 1/4 d’une boule au levain (environ 2 kg) : personnellement, je suis déçu. La mie me semble trop pâteuse et le goût est vraiment particulier (difficile à décrire, un peu comme de la levure de boulanger), en tout cas pas comme les pains au levain que j’ai l’habitude de manger. Mais je n’ai pas le monopole du bon goût !
    – les prix m’ont l’air plus proche des 6-7 E le kg que de 5 E (mais j’avoue ne pas avoir fait très attention aux tarifs)
    J’y retournerai une autre fois pour tester le pain de campagne (je préfère les pains « basiques » aux pains trop « spéciaux ») et l’escargot.

  2. Je suis passé dans cette boulangerie la semaine dernière. La boutique a été ré-aménagée, à l’intérieur comme à l’extérieur (vos photos ne sont plus d’actualité). Désormais, il n’y a plus de pâtisseries, seulement du pain, des viennoiseries et un petit espace sandwich.
    La rénovation, qui était plus que nécessaire, n’est à mon sens pas tout à fait aboutie dans la mesure ou l’on n’a pas réellement d’ambiance, de thème particulier. dans ce quartier bourgeois, on aurait pu penser à une ambiance plus tradi avec de beaux décors et du mobilier de qualité.
    D’autre part, il sera astucieux d’ouvrir 6 jours / 7.

    • Merci pour votre commentaire. Difficile de faire en sorte que les photos de près de 150 boulangeries soient toujours à jour. J’étais passé de loin et avais pu constater la rénovation sans avoir le temps de m’y arrêter. Je le ferai prochainement. Au sujet de l’ouverture 6j/7, je suis assez partagé sur le sujet, pour des questions de repos du personnel notamment.

  3. Ping : Alexis Anton a fait disparaître la boulangerie Berthollet | painrisien

  4. Alexis anton est un jeune artisan boulanger plein d’avenir et pétri de talent (si j’ose dire :). avec peu de moyen mais beaucoup de travail, il arrive à sortir des produits de qualité. jamais déçus par ses pains ou ses viennoiseries. j’ai eu l’occasion de discuter avec lui derrière son comptoir, et sa philosophie boulangère est simple et saine : le goût ! merci à ce jeune artisan qui participe à la vie de mon quartier !

  5. Je suis passée dans cette boulangerie, minimaliste pourrait-on dire car le choix est très réduit et l’ambiance assez impersonnelle. Le service a été si détestable que je n’ai finalement rien goûté. Dommage.

  6. Deux mots sur cette boulangerie :
    – l’inconstance dans la cuisson du pain, trop cuit (noir !) ou pas assez. Dommage car les pains et les viennoiseries sont correctes (même si le boulanger a la main bien lourde sur le beurre).
    – l’accueil est déplorable. De la part de tout le personnel, boulangers compris. Savent-ils ce qu’est la vente ? C’est à se demander.

  7. moi je trouve que ses croissants sont les meilleurs du monde
    tres au beurre, c’est sur, mais croustillants, craquants, bref un réel délice
    une fois il a dû oublier de mettre du sel, donc pas bon, mais quel boulanger est entièrement constant? … un robot?
    bref je surrecommande
    et les gros pains tres noirs sont délicieux et originaux

  8. Je ne peux pas laisser dire tout ça, cette boulangerie est géniale !
    Qu’il n’y ait pas beaucoup de choix est une grande qualité, cela donne l’impression que chaque produit est bien pensé et délicieux, ce qui est le cas (j’habite dans la rue et j’ai tout goûté !)
    Effectivement les croissants sont dingues, les pains démentiels, les financiers (framboise/pistache, nature ou chocolat) une tuerie, les escargots (citron/praline…) extraordinaires, les sandwichs super bons etc etc.
    L’accueil j’avoue, mais franchement ils ont fait des progrès ! et puis moi aussi le matin je fais la gueule.
    Et puis c’est un boulanger, pas un architecte d’intérieur !
    VIVE ALEXIS !

  9. Ping : Les pains d’Alexis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.