Billets d'humeur

02
Nov

Voler, créer, respecter

1 commentaire

Il paraît que nous vivons dans une société avec des valeurs, que la civilisation humaine se fonde justement sur ce « réseau » pour exister et parvenir à faire en sorte que nous co-existions de façon plus ou moins pacifique et respectueuse. Les écarts entre théorie et pratique sont parfois étonnants, et je crois que dans le cas présent, il est tout simplement sidéral.

Que ce soit pour du pain, de la cuisine ou quoique ce soit qui se rapporte au goût, il est bien difficile de prétendre détenir la paternité d’une recette ou d’une création. Malgré tout, en observant ou en goûtant des produits, on parvient à distinguer ce qui s’apparente à une « signature », une empreinte laissée par l’artisan sur son travail. Elle exprime sa sensibilité, son savoir-faire, et il serait bien difficile de l’imiter. Pour autant, sans y parvenir tout à fait, certains ne se gênent pas pour s’approprier du savoir, des façons de faire, qu’ils ne mettent pas au service du plus grand nombre mais bien de leur propre et seule réussite. En effet, il ne suffit pas de façonner, cuire, pétrir… pour donner, tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on le fait.
Ainsi donc certains feraient du vol leur activité principale, leur capacité à communiquer et à vendre faisant alors le reste et constituant la totalité de leur talent. Rassurons-nous cependant en nous disant que la supercherie finit toujours par être découverte, ou bien que la vie fait tourner naturellement la roue.

Les vrais créateurs finissent par être mis à l’honneur, même si certains d’entre eux préfèrent malgré tout rester discrets. On reconnaît dans cette humilité leur talent et tout ce qui fait que l’on apprécie leur travail. La création est un acte complexe et noble, qui nécessite bien plus d’implication et de volonté qu’il n’en faudrait pour simplement paraître. L’être humain s’exprime dans tout ce qu’il a de plus noble et trouve un sens à sa propre existence, en apportant à celle des autres quelques étincelles singulières.

J’ai pu rencontrer quelques uns de ces fameux artistes, toucher ou effleurer leur univers, même si je me demande en définitive si je suis parvenu à le comprendre autant que je l’aimerais. A mon tour, je voudrais créer de quoi rendre hommage à leur talent, et parvenir à mettre à l’index les voleurs qui subsistent malgré leur faibles qualité. Dans tout cela j’observe avant tout une question de respect, à plusieurs dimensions.

Il s’agit de respecter les êtres qui nous entourent, en leur offrant un minimum d’honnêteté et de sincérité, mais aussi de respecter les terres, les matières premières, tous les produits que l’on peut assembler dans le cadre de nos activités. Vient ensuite le moment de tarifer, et là encore il faudrait penser à ne pas voler ceux qui nous font vivre, adopter une démarche cohérente et permettant à chacun d’accéder à quelques instants de plaisir, parfois bien nécessaires.

En définitive, je voulais simplement nous interroger sur les valeurs qui fondent nos actions et comportements, en espérant juste que la raison et le bon sens finissent par prendre le pas sur ce brouillard, cette fumée déployée par quelques individus…

Une réflexion au sujet de « Voler, créer, respecter »

  1. il y a trop peu de gens pour qui la vrai boulangerie ,ou plus generalement les vrais valeurs comptent,ce qui interesse les gens c’est consommer,peut importe qu’une malhonneteté y soit cachée,surtout qu’en plus ces personnes le savent au fond d’eux ,drole d’accepter ca alors que quelqu’un qui vous fait un cadeau sans raison simplement pour faire plaisir ca semblera louche et ce sera refusé.
    Dur aussi de se faire entendre,quand j’essai de convaincre certaines personnes autour de moi vont chercher leur manger dans une chaine boulangere ou un boulanger douteux,bien on me rit au nez disant qu’on s’en fou que du pain c’est du pain et me demandant si je suis boulangé..

    heuresement il y a des surprises et de l’espoir,des gens non egoistes pour qui l’humain compte et ou l appat du gain n’est pas roi,un soir en mengeant au restaurant tout seul,a un moment la patronne m’a demandé si je ne m ennuyais pas et si il ne me fallais pas un livre pour lire,surpris je lui est expliqué que que ca me derangeais absolument pas,que la semaine il y a du bruit et beaucoup d’agitation et que ca fait du bien de se retrouver seul au calme,perdu dans ses pensées a manger quelque chose de bon sans chercher des sujets de conversations pour eviter les blancs,surtout que tout seul on fait plus attention aux gouts je trouve,elle a été tres surprise qu’un jeune fasse ce genre de choses et au moment de payer elle a refusé mon pourboire et m’a meme rendu 1 euros de plus,j’ai donc été aussi trés surpris par cette echange et cet humanité la ou d’autres auraient sans doute profités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.