Parvenir à transmettre quelque chose à ses enfants, cela a quelque chose de beau, je trouve. Au delà du simple fait de les nourrir, on les éduque et on leur inculque des valeurs qui façonneront les adultes qu’ils seront demain. Parfois, cela amène ces mêmes enfants à suivre les traces de leurs parents, à épouser le même métier qu’eux.

C’est le cas de Stéphane Henry, dont le père est boulanger. C’est d’ailleurs le nom de sa boulangerie – Mon père était boulanger. Il l’est toujours, et il n’hésite pas à participer à la production quotidienne au sein du fournil. Installés depuis 13 ans boulevard Morland, à quelques pas de la Gare de Lyon, cette famille de boulangers tient l’une des seules échoppes de ce type dans le secteur, qui n’est pas particulièrement riche en activité commerçante. Ici, les rues sont assez vides, les bâtiments se succèdent sans que l’on y trouve de vie apparente.

De la vie, pourtant, il y en a, puisque la clientèle se presse chez les Henry à l’heure du déjeuner. Difficile en effet pour les travailleurs du secteur de trouver d’autre endroit où se restaurer rapidement et à bas coût. On peut dire que dans leur relatif malheur, ils auraient pu tomber plus mal : ici, les produits sont simples, de qualité et proposés à des tarifs très abordables. Pour déjeuner, des formules sont proposées et permettent de constituer un repas complet pour à peine un ticket restaurant. De plus, l’offre est variée : salades, sandwiches, wraps et autres quiches, il y a de quoi changer chaque jour de la semaine et ne pas craindre la lassitude. Les produits sont frais et réalisés avec soin, en toute simplicité.

On retrouve le même esprit au sein des différentes gammes de la boutique, à commencer par le pain. La baguette de tradition est d’excellent niveau, avec sa croûte bien croustillante, son façonnage élégant, tout en longueur (ce qui permet d’offrir un bon rapport mie/croûte) ainsi que sa belle saveur de froment. La mie affiche une couleur crème bien marquée et un bel alvéolage irrégulier. Classée 5è au Grand Prix de la Meilleure Baguette de la Ville de Paris en 2009, la demoiselle méritait – et mérite toujours – bien son prix. Une excellente base pour des sandwiches savoureux !
Les pains spéciaux demeurent dans le domaine du traditionnel, entre pains aux céréales, ficelles au fromage ou divers pains au levain et fruits secs, ainsi qu’une ciabatta. Comme pour la baguette, les cuissons sont bien abouties et la conservation de bonne tenue. A noter la superbe boule Biologique – proposée à un prix très accessible, primée au récent concours du Pain Biologique d’Ile de France, à juste titre. La garde Républicaine, située à quelques mètres, est visiblement un bon client, ce qui devrait vous convaincre de vous mettre au pas pour y acheter votre baguette !
Pour l’ensemble des gammes, la farine est fournie par les Moulins Bourgeois.

Pour le sucré, les pâtisseries sont simples et ne dépassent pas la « pâtisserie boulangère » – éclairs et tartes, principalement -, ce qui est plutôt bien vu. Cela complète agréablement les formules déjeuner. Quelques cakes et pains d’épices maison sont aussi proposés. Les viennoiseries sont dans la même lignée, il n’y a pas de quoi être surpris, tout cela est juste honnête et sérieux.
C’est d’ailleurs ainsi que je pourrais qualifier le service, qui sait rester souriant et agréable tout en étant redoutablement efficace en heure de pointe. Les clients sont bien considérés, tout en étant servis rapidement. On ressent bien cette ambiance très « familiale », agréable et recherchée à Paris, où tout devient rapidement impersonnel.

Infos pratiques

2 bis boulevard Morland – 75004 Paris (métro Quai de la Rapée, ligne 5) / tél : 01 42 72 75 56
ouvert du lundi au vendredi de 7h à 20h.

Avis résumé

Pain ? Très belles cuissons et saveurs, la baguette de tradition est d’excellent niveau, alliant une bonne conservation, un façonnage offrant un rapport mie/croûte intéressant, favorable aux adeptes de croustillant. Sa mie est bien crème, avec un alvéolage irrégulier, signe d’un travail délicat de l’artisan. La gamme de pain spéciaux ne brille pas par sa largeur, mais plutôt par le sérieux dans sa réalisation et sa cuisson, en plus de demeurer dans une gamme tarifaire très accessible. Pour les amateurs de produits naturels, la boule Bio ne démérite pas également.
Accueil ? Efficace, souriant et assez chaleureux malgré l’affluence, rien à signaler, le travail est bien fait. On se sent considéré même si l’on n’est pas un habitué des lieux, l’ambiance est agréable.
Le reste ? Les diverses propositions salées rencontrent un franc succès auprès de la clientèle du quartier, et pour cause, le choix n’est pas très large dans ce secteur ! Pour autant, les produits valent tout à fait l’intérêt qu’on leur porte : frais, préparés avec beaucoup de sérieux, les différents sandwiches, wraps ou salades de la boulangerie Henry constituent un repas rapide et peu coûteux. Si l’on s’intéresse au sucré et aux diverses gourmandises présentes ici, rien ne ressort particulièrement du lot, mais l’ensemble est tout à fait honnête et respectable : pâtisseries boulangères (tartes, éclairs…) et viennoiseries dans la moyenne. Cela complètera avec douceur une formule déjeuner.

Faut-il y aller ? Comme l’on se rend dans une boulangerie de quartier, sans doute. Avec cependant l’avantage d’y trouver une excellente baguette de tradition et un bon pain Biologique, qui justifient tout à fait le détour. Ajoutez à cela un accueil sympathique et une ambiance très simple et familiale, le résultat est une adresse tout à fait recommandable et peu « parisienne », ce qui la rend d’autant plus agréable.

8 réflexions au sujet de « Stéphane Henry, une boulangerie familiale »

  1. Bonjour,
    Je suis vraiment ravi que vous rendiez hommage à cette boulangerie où non seulement Stéphane Henry est un excellent artisan très sympathique, mais où sa femme charmante et son personnel de vente pourraient dispenser des cours dans tous les commerces où l’accueil est peu aimable. Stéphane est non seulement un bon artisan, mais de surcroît il est modeste: il aurait pu vous dire qu’il a la confiance de l’une des plus fameuses tables de Paris, en l’occurrence l’Arpège, animée par le chef triplement étoilé, Alain Passard. En 2004,dans le cadre de mes activités professionnelles, j’ai réuni cet illustre chef au meunier qui livre Stéphane Henry. Ensemble, sur la base d’un levain développé à l’Arpège nous avons créé la Paume, dont le nom est un hommage au travail manuel. L’idée était que les boulangers puissent se réapproprier la fabrication d’un pain sur levain naturel. Henry a été de ceux qui ont adhéré tout de suite au projet, au point de produire une Paume qui avait quotidiennement le privilège d’être à la table de l’Arpège. A la demande d’Alain Passard, Stéphane a depuis lors formé un cuisinier de l’Arpège à la fabrication de la Paume, mais les relations entre les deux hommes sont restées excellentes. Bref une fois de plus je partage pleinement votre commentaire. Puisque vous voilà dans l’Est, vous devriez pousser jusqu’à Alfortville chez l’excellent Michel Fabre, 1er au concours de pain bio. Mais peut-être l’avez-vous déjà fait. Bonne journée, François Dumoulin

    • Merci pour ces précisions très intéressantes François ! La Paume était en effet un superbe projet et une belle démarche pour inciter les artisans à proposer un pain de qualité sur levain naturel. Pour l’avoir goûtée chez plusieurs artisans, le résultat est convaincant, avec une acidité bien maîtrisée, un pain doux qui s’associe sans problème avec tous les repas.
      Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire un détour par Alfortville mais c’est sur mon chemin et je le ferai avec joie !
      Belle journée et à bientôt,
      Rémi

  2. Bon ba Alfortville n’aura pas tenu ses promesses, la bio avait un goût de farine crue très déplaisant. Ce qui continue le débat autour des concours. il est évident que les pains présentés ne sont pas les pains disponibles en boutique. On devrait soit changé le principe de choix des pains, soit ne pas employer le termes de concours qui par essence est égalitaire et prime au mérite.

  3. Aux compliments sur les pains, gâteaux et sandwiches de « Mon père était boulanger », il faut en ajouter sur la qualité de leurs chocolats. Ils sont vraiment excellents et peuvent rivaliser avec ceux des grandes maisons spécialisées!

  4. Bonjour,

    Je tombe sur votre article par hasard, et je signale à toutes fins utiles que Stéphane Henry a cédé son fonds de commerce tout récemment. Un autre boulanger a pris la suite et vient de rouvrir la boutique, ce qui vous donnera l’occasion de retourner sur place et de goûter à nouveau le pain de cet établissement.

    Bonne continuation à votre excellent blog.

  5. J’y suis allé ce matin : effectivement nouveau propriétaire.

    C’est surtout le sourire de Madame La Boulangère qui va me manquer !

  6. Hélas oui, changement de propriétaire… Qu’est ce que je regrette les anciens : le monsieur à la caisse ne sourit quasi jamais, et oublie souvent de dire bonjour / au revoir

    Tous les prix ont augmentés et les produits ont perdu de leur taille, c’est devenu petit et cher…

    C’est devenu une usine sans émotions 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *