Les promesses. Paraît-il qu’elles n’engagent que ceux qui y croient, mais dans beaucoup de cas, ce serait un peu simple. Pour certains, en faire est quasiment devenu un métier, à l’image des politiques, avec une fâcheuse tendance à oublier de les tenir. C’est tout de même assez dommage de penser en écoutant un discours qu’il ne sera pas respecté, et que tout cela restera une création de l’esprit.
Dans notre vie quotidienne, les promesses peuvent prendre d’autres formes : l’ensemble des marques et distributeurs sont amenés à nous en faire afin de nous inciter à consommer leurs produits. Vous savez, la lessive qui lave plus blanc que blanc, la tenue qui fera de vous le roi ou la reine des soirées, … les exemples ne manquent pas.

En matière de boulangerie, on retrouve les mêmes tendances, avec des communicants aux manettes pour nous annoncer des pains aux saveurs magiques, qui enchanteront littéralement nos papilles en plus de présenter des avantages nutritionnels évidents. Seulement voilà, c’est au quotidien que l’histoire s’écrit, dans le fournil que tout se joue et que le boulanger se fait chef d’orchestre d’une musique parfois bien peu harmonieuse.

Décembre. Les fêtes, le froid, l’envie de déguster des mets sortant un peu de l’ordinaire, souvent plus riches que d’ordinaire… un mois rêvé pour proposer un pain aux Marrons comme le fait Eric Kayser dans ses boutiques.
La promesse ? Du côté de chez Maryse Masse, l’agence de communication choisie par la maison, elle est claire : « Le pain aux marrons d’Eric Kayser : l’incontournable du mois de décembre - Un pain tendre et légèrement sucré, idéal pour accompagner le foie gras des fêtes. ». Seulement voilà, la réalité vient parfois bousculer les belles annonces.

Le visuel officiel du pain aux Marrons… Idyllique!

Oh, oui, tendre et légèrement sucré, le pain que j’ai pu déguster l’était. Cela s’arrêtait là, en fait. Réalisé dans le fournil de la boulangerie-vitrine de Bercy Village, je pensais qu’il serait bien plus en adéquation avec son intitulé : au lieu de ça, les marrons glacés présents en quantité généreuse sur la photographie du communiqué de presse semblaient avoir choisi une autre destination que la mie de mon pain, comme vous pourrez le voir. A cela, on peut y voir plusieurs explications : la plus évidente serait liée au coût des fameux fruits confits, pensez-vous, les pains « du mois » sont tous proposés à 3€ les 250g chez Eric Kayser, alors qu’ils ne présentent pas tous les mêmes coûts à produire. La seconde pourrait venir d’un égarement passager, d’un « raté » dont j’aurais malheureusement bénéficié. La boulangerie est une discipline vivante, et cela pourrait tout à fait se concevoir.
La dernière est plus souriante : au vu de la rareté des éclats, en sentir un me donnait un peu l’impression d’avoir trouvé la fève, comme dans une galette des Rois. De cette façon, la maison Kayser nous offrirait une charmante – et comestible – introduction au mois de janvier, où l’épiphanie sera célébrée. Il suffirait de glisser une couronne dans le sac à pain et le tour serait joué… Trêve de plaisanteries.

En réalité, bien peu de marrons…

On pourra tout de même apprécier la douce saveur sucrée des marrons, et le caractère moelleux de ce pain. Ces éléments en font une véritable gourmandise, qui serait fort appréciable si elle ne présentait pas les défauts sus-cités, et que son tarif était moins élevé. Je reste bien plus adepte des pains à la farine de Châtaigne, plus parfumés et non moins sucrés (nous sommes ici sur une base de froment).

Pain aux Marrons, Eric Kayser Bercy Village – Paris 12è, vendu à la pièce pendant le mois de décembre, 3€ les 250g.

Une réflexion au sujet de « Pain du jour : Pain aux Marrons, Eric Kayser (Paris 12è) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>