On me parle souvent de la rigueur des japonais, de leur capacité à réaliser chaque jour des produits d’exception, que ce soit en pain, pâtisserie ou viennoiserie. Ils respectent profondément notre savoir-faire et ne pourraient concevoir de prendre le risque de l’écorner, bien au contraire : il en ressort souvent magnifié. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le constater sur place, un jour peut-être. Toujours est-il que les nippons sont nombreux à faire le chemin jusqu’à chez nous, à l’inverse. Certains repartent… d’autres restent ou reviennent.

C’est le cas de Morihide Yoshida. Diplômé de l’école japonaise Nippon Kashi Senmon Gakko, il a ensuite perfectionné son savoir au sein de la prestigieuse Ecole Nationale Supérieure de la Pâtisserie à Yssingeaux avant de retourner dans son pays. Là-bas, c’est au Park Hyatt de Tokyo qu’il a exercé, avant de fonder sa propre boutique « Patisserie Naturelle Nature & Co » en 2005. Ses créations ont été reconnues dans des concours tels que le prix André Lecomte, mais aussi à la télévision japonaise dans l’émission « TV Champion 2 Pastry Chef » en 2006 et 2007. En France, il a également oeuvré au sein du laboratoire de la Pâtisserie des Rêves.

La devanture est très sobre et offre une vision directe sur les produits.

La devanture est très sobre et offre une vision directe sur les produits.

Un clin d’oeil amusant, d’ailleurs, puisque Thierry Teyssier aura fait partie de ses premiers visiteurs. En effet, ce talentueux pâtissier a ouvert sa propre boutique hier, sur l’avenue de Breteuil… soit à quelques mètres des bureaux du fameux entrepreneur.
La devanture sobre et moderne, aux lignes très japonaises de par leur caractère épuré, ne laissent pas paraître l’historique du lieu. Pourtant, l’endroit était occupé il y a encore quelques mois par une boulangerie peu à la gloire de son propriétaire. Sombre, mal agencée et à l’aspect « pas très net », la boutique proposait des produits de qualité discutable. Lors de la reprise du fonds, Morihide Yoshida et son équipe ont découvert un laboratoire dans un bien triste état… le plus inquiétant dans tout cela demeurant sans doute que l’artisan installé ici possède toujours deux autres affaires dans le quartier : Patrick Lallement est en effet présent rue Lecourbe et avenue Duquesne. Autant vous dire que cela n’incite pas à recommander ces adresses.

Morihide Yoshida de dos dans sa boutique, avec au premier plan les viennoiseries présentées sur la rue.

Morihide Yoshida de dos dans sa boutique, avec au premier plan les viennoiseries présentées sur la rue.

Les péripéties auront été nombreuses avant d’aboutir à cette ouverture : du plomb dans la peinture des murs, l’importance des travaux à accomplir (l’ensemble de la boutique et du laboratoire ont été remaniés)… Au lieu de décembre 2012, ce fut donc avril 2013. Les gourmands ne regretteront sans doute pas l’attente, dans tous les cas.
Ici, pas de saveurs japonaises mais des classiques tout ce qu’il y a de plus français, remis au goût du jour et réalisés avec toute cette fameuse finesse japonaise.

Brioches, viennoiseries ou curiosités comme le très moelleux Bananier, rien ne manque !

Brioches, viennoiseries ou curiosités comme le très moelleux Bananier, rien ne manque !

La vitrine sur la rue nous attire avec ses gourmandes viennoiseries et brioches. Croissants, pains au chocolat bien sûr, mais aussi un petit détour en Bretagne avec le Kouign-Amann ou le Far Breton ainsi que par la région de Bordeaux avec un Canelé bien caramélisé. Les financiers et gâteaux de voyage (cakes au chocolat, au citron ou aux fruits confits et caramel) sont au diapason.
Pour autant, il ne faudrait pas oublier de se retourner pour se concentrer sur les pâtisseries proposées ici.

De grands classiques pâtissiers réalisés avec finesse.

De grands classiques pâtissiers réalisés avec finesse.

Chez Morihide Yoshida, les grands classiques pâtissiers sont sublimés. Saint-Honoré « Duo » Pistache-Framboise, Montélimar, Chiboust passion, Polonaise, Millefeuille Noisette, Mont-Blanc, tarte au citron (et son fond de citron caviar !), éclairs chocolat ou café, Concorde framboise, Baba aux agrumes, … Le tout bénéficie d’une excellente qualité de finition et d’une belle maîtrise technique. On appréciera la mention des allergènes présents dans chacun des gâteaux directement sur les étiquettes, même si celles-ci ne sont pas exemptes de fautes de français. Un petit défaut de jeunesse qui ne manque pas de charme, en définitive.

Les bonbons de chocolat

Les bonbons de chocolat

Les bonbons de chocolat maison, déclinés juste à côté, ne manquent pas de nous séduire également, avec des enrobages fins et des saveurs délicates. Miel de châtaignier, menthe fraiche-citron vert, pralinés variés et agrumes enrobés de chocolat, la gamme est variée.

Quelques pâtisseries et leurs étiquettes, très détaillées. Un bel effort que l'on aimerait retrouver plus souvent.

Quelques pâtisseries et leurs étiquettes, très détaillées. Un bel effort que l’on aimerait retrouver plus souvent.

Tout cela ne serait rien sans cet accueil très japonisant, à la fois calme, précis et impliqué, montrant toujours une sincère empathie et une volonté de satisfaire au mieux la clientèle. Ah, ce que l’on aimerait échanger notre désinvolture si française contre cet univers délicat, parfois… mais il sait aussi venir à nous, alors ne nous plaignons pas.

Comment résister à ce Saint-Honoré à la chantilly pistache douce et onctueuse, aux choux recouverts d'un caramel craquant et garnis d'une légère crème à la framboise, le tout abritant un coeur de confit de framboise ? Ajoutez à cela une base de pâte feuilletée bien fraiche et fondante ainsi que quelques pistaches cristallisées, vous obtenez une pâtisserie de grande qualité pour 5,8€.

Comment résister à ce Saint-Honoré à la chantilly pistache douce et onctueuse, aux choux recouverts d’un caramel craquant et garnis d’une légère crème à la framboise, le tout abritant un coeur de confit de framboise ? Ajoutez à cela une base de pâte feuilletée bien fraiche et fondante ainsi que quelques pistaches cristallisées, vous obtenez une pâtisserie de grande qualité pour 5,8€.

Infos pratiques

65 avenue de Breteuil – 75007 Paris (métro Ségur, ligne 10 – Sèvres-Lecourbe, ligne 6 ou Duroc – ligne 13)

Faut-il y aller ? Sans plus attendre, oui ! Les tarifs demeurent raisonnables, l’accueil est charmant, et les produits sont un bel hommage à nos pâtisseries et viennoiseries françaises. Morihide Yoshida y apporte délicatesse, taux de sucre réduit et qualité de finition (si peu de temps après l’ouverture, la performance est à signaler !), tout cela dans un écrin d’une belle sobriété. Une adresse qui ne manquera pas de faire parler d’elle, j’en suis certain.

11 réflexions au sujet de « Morihide Yoshida, Paris 7è, la pâtisserie française japonisée »

  1. J’ai travaillé avec Mori à la pâtisserie des rêves, et j’avais eu quelques échos de son passage chez Mr Génin. Quel plaisir de le voir ouvrir sa boutique ! Superbe boulot en tout cas, je testerai ça rapidement !

    • Je ne les avais pas hier, c’est pour cela que je ne les ai pas indiqués. Je les ai lus aujourd’hui, ce qui donne donc 9h-18h30 du mardi au samedi, jusqu’à 13h30 le dimanche.

  2. Oh oh, merci pour l’adresse ! C’est vrai que les japonais ont une grande passion pour la pâtisserie française, et lui rendent souvent très bien hommage. La tarte au citron et son fond de citron caviar m’a l’air, entre autres, très intéressante, je vais aller goûter ça dès que possible…

  3. Petit retour d’expérience après avoir fait quelques achats chez Mori Yoshida :
    – l’accueil y est charmant et professionnel
    – les chocolats proposés (18 variétés dont 3 ou 4 avec alcool) sont fins, un peu plus petits que la moyenne. Les pralinés aux agrumes sortent de l’ordinaire (citron, pamplemousse), les ganaches onctueuses et les enrobages très fins. Les chocolats sans alcool sont proposés à 84 € le kg, de mémoire (plus de 90€ avec alcool). Conclusion : de beaux et bons chocolats proposés à un tarif correct pour ce niveau de qualité à Paris.
    – je recommande le financier aux noisettes : craquant dessus et frais à l’intérieur : délicieux
    – par contre, les sablés enrobés de chocolat noir et lait vendus sous pochette plastique n’ont à mes yeux aucun intérêt d’autant qu’ils sont relativement chers : 1€ le sablé.

    Je ne manquerai pas d’y retourner pour goûter leur brioche aux pralines, flan (dommage qu’il ne soit pas proposé à la part pour tester) et autres gourmandises.

    • J’ai également beaucoup apprécié les chocolats, même si les équilibres sont parfois un peu chancelants (notamment sur la ganache « Mojito », où la menthe a tendance à être trop présente). Les tarifs sont effectivement à signaler pour cette qualité.

  4. Tout à fait d’accord pour le « mojito » (mangé il y a moins d’une heure) : on ne sent quasiment que la menthe. Les parfums sont légers, presque trop (ex. pour la vanille). Des parfums un peu plus soutenus ne seraient pas de refus. Mais dans l’ensemble, la qualité est bien là.
    Je ne suis pas trop fan de leurs sachets plastique dans lesquels sont mis les chocolats (pas très pratique pour les en faire sortir et pas très écologique, a priori).
    Mais cela ne m’empêchera pas d’y retourner.

  5. Ping : Morihide Yoshida : finesse, précision, tradition | Sweet Morning

  6. Bonjour et bon retour dans vos murs!
    Je suis allé à la patisserie de Mori. J’ai adoré la boutique (j’espere qu’elle tiendra la route car cette partie du quartier me semble peu animée), l’accueil, et j’ai acheté 2 produits :

    – le cannelé (2 euros) : j’ai cru qu’il allait être trop cuit vu la couleur, mais c’était une merveille! Une sorte de coque caramélisée et un appareil moelleux à l’interieur; trés bon
    – un kouign Amann (2,80) : grosse deception car trés sec (comme rassi) et pas caramélisé.
    Mais je resterais client!

  7. bonjour,
    Je passe régulierement,accueil vraiment charmant et poli meme si certaines vendeuses ,japonaises,maitrisent mal le français.
    J’ai testé le cannelé qui était tres bon.Aujourd’hui j’ai testé le flan parisien et c’est le meilleur que je n’ai jamais mangé,la pate est croustillante,l’appareil a un bon gout de lait et de vanille.Une merveille.Seul probleme,il est vendu entier pour un prix raisonnable de 8 euros pour 3/4 parts mais cela necessite un partage ou une tres tres grosse gourmandise.
    Maintenant j’ai envie de tout gouter.
    Une tres bonne adresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *