Comme pour baliser les parcours, rassurer les consommateurs et les artisans sur leurs qualités, on a créé tout type de distinctions visant à élire les meilleurs produits, les meilleurs lieux, les meilleurs hommes, … La liste est longue, il serait difficile de la dérouler en entier, et d’ailleurs, quel intérêt ? En définitive, le résultat est souvent décevant, car c’est au quotidien que doit se réaliser l' »excellence » promise. Ce n’est pas toujours le cas.

En arrivant devant la boulangerie de Jacques Bazin, on est tout de suite surpris par le nombre de titres et de prix remportés par l’artisan et ses ouvriers. La vitrine en est tellement recouverte que la lumière pourrait à peine y passer ! D’où mon qualificatif de boulanger… distingué. Cela semble représenter sa grande fierté. Entre Le Figaro, les différents guides, les concours… la boutique a été maintes fois citée, ce qui doit être un gage de qualité exceptionnelle. L’expérience m’a cependant prouvé qu’il fallait se méfier de tout ce tapage, qu’il valait mieux écouter les adresses silencieuses pour découvrir les beaux messages qu’elles avaient à nous faire passer. Qu’en est-il ici ?

Intéressons nous à la baguette de tradition, ou plutôt la Bazinette. Jacques Bazin a développé son propre diagramme de fabrication, et il en résulte une baguette assez originale. Sa force, c’est incontestablement sa croûte, puissante et croustillante. Elle s’exprime tout particulièrement lors de la dégustation, ce qui satisfera les amateurs de mâche ! (moi le premier) – en plus d’assurer une bonne conservation. La mie est légèrement sèche, un peu « briochée », surprenant pour ce type de pain. Seule légère réserve, je trouve qu’elle manque tout de même de parfum et d’arômes, même si l’on retrouve d’intéressantes notes de noisette.
La gamme de pains est très étendue, aussi bien en terme de formats que de saveurs. Petits pains, grandes miches vendues au poids, bâtards… Céréales, farines différentes (seigle, notamment), fruits secs, ingrédients divers (lardons, fromages…) et associations originales (abricots-cranberries dans les dernières nouveautés) – il y en a pour tous les goûts et les envies. Cette variété ne s’accompagne pas pour autant d’une tarification excessive, pour un niveau de qualité honorable, tant en terme de saveurs que de conservation.

Au delà du pain, l’artisan a développé sa notoriété sur sa capacité à réaliser des douceurs à même de satisfaire les papilles les plus exigeantes. Il a ainsi été primé pour son Paris Brest, un classique non revisité, simplement réalisé dans une tradition de bon niveau. Tradition, c’est bien le mot qui qualifie la vitrine sucrée de cette boulangerie, même si l’on y retrouve quelques créations. Je ne peux pas dire que ce soit ce qui m’intéresse le plus, mais les gourmands en quête de classiques seront satisfaits.
Bien entendu, on trouve également une gamme de viennoiseries, sans relief particulier. L’ensemble est dans une ligne cohérente, ce sont les produits que l’on attend d’une bonne boulangerie de quartier.

Les propositions salées font le bonheur des locaux, au travers de salades et sandwiches qui seront dégustés sur les quelques tables installées les beaux jours à l’extérieur de cette belle boutique d’angle, ou bien ailleurs, à emporter. Salades, sandwiches (baguettes, pains spéciaux…), tout y est pour satisfaire les appétits de ces travailleurs ou voyageurs de passage. Ils sont d’ailleurs nombreux à se presser aux portes de la boulangerie, et il ne reste plus beaucoup de choix vers 14h, une fois l’heure de pointe passée.

Reste l’accueil, assez expéditif et peu agréable, bien que « professionnel » et efficace. Il ne faut pas attendre un sourire ou un peu de chaleur humaine, l’objectif est ici d’écouler le produit de façon rapide sans plus de cérémonie. C’est dommage car cela ne laisse pas une impression très agréable au sujet de cette boutique, dont le décor ancien est pourtant des plus charmants.

Infos pratiques

85 bis, rue de Charenton – 75012 Paris / tél. : 01 43 07 75 21
ouvert du vendredi au mardi de 7h à 20h.

Avis résumé

Pain ? Du choix, de belles cuissons, une baguette de caractère, on est bien dans une boulangerie ! La Bazinette est intéressante, avec sa croûte bien croustillante et présente à la dégustation. Les petits pains permettent de varier les plaisirs et accompagneront vos repas avec plaisir et originalité. On notera également la présence de grandes miches vendues à la coupe, avec des mélanges originaux et savoureux.
Accueil ? Malheureusement, c’est sur ce point que la boulangerie Bazin pêche, le service est loin d’être agréable et cela n’incite pas à devenir un habitué des lieux, même si cela ne rebute pas les habitants ou passants. Rien de dramatique toutefois, le travail est fait, même si on aimerait y retrouver ne serait-ce qu’un semblant de chaleur humaine.
Le reste ? Le Paris-Brest possède une certaine réputation sur la place de Paris ! A côté de lui sont présents la plupart des classiques de la pâtisserie française, réalisés dans le plus pur respect de la tradition. Quelques créations sont également proposées, mais rien d’inoubliable. L’offre est complétée par des viennoiseries dans la moyenne, ainsi que par une large gamme « traiteur », particulièrement plébiscitée le midi, au vu des tarifs assez raisonnables et de la fraîcheur des produits.

Faut-il y aller ? C’est une bonne adresse, même si l’on aurait tendance à la considérer comme une boulangerie de quartier. L’offre est large et abondante, les tarifs très modérés, la qualité assez uniforme. La Bazinette intéressera les amateurs de croûte et de baguettes de caractère, car elle n’en manque pas, même si j’aurais aimé plus de parfum. Seul l’accueil m’inciterait presque à émettre quelques réserves, mais on se laisse tout de même séduire par cette large gamme de pains, qui représentent autant d’invitations à la gourmandise. A noter enfin le décor, avec des plafonds d’époque, classés aux Monuments Historiques. Il est d’ailleurs possible de s’asseoir devant la boutique, pour profiter un peu du « calme » de l’endroit, cette zone étant un peu à l’écart du bruit et de l’agitation parisienne.

4 réflexions au sujet de « Jacques Bazin, boulanger distingué »

  1. Suite a une petite déconvenue dans cette boulangerie je me permet de rappeler la loi sur le droit à l’image.
    Il est fort désagréable de se faire rabrouer quand on fait une photo dans un lieu public.

    _____________________________________________
    Voici ce que dit la loi:
    Les exceptions au droit à l’image

    Il existe des exceptions concernant les personnes publiques dans l’exercice de leur fonction (homme politique participant à un meeting, ministres à la sortie du Conseil des ministres ou célébrités montant les marches du Festival de Cannes par exemple…).

    Une image prise dans le cadre de l’activité professionnelle ou publique de la personne peut être diffusée sans autorisation préalable si elle est utilisée à des fins d’actualité ou de travail historique et qu’elle ne porte pas atteinte à la dignité humaine.

  2. Étant cliente fidèle de chez Bazin depuis 1999, j’ai un petit mot en réponse.

    Sans doute c’était Mme Bazin qui vous a servi. Elle est fameuse dans le quartier pour son comportement froid. Toutefois il est possible de le craquer, mais pas à la 1ère ou bien la 10ème visite.

    Les autres vendeuses – ses employées – sont trus polies, en particulier une trentenaire qui est adorable.

    Si par hasard vous lisez l’anglais, vous trouverez un autre perspectif ici : http://www.davidlebovitz.com/2009/01/bazin-bakery/

  3. Travaillant à côté j’ai eu l’occasion d’y aller régulièrement et il est dommage de constater que la baguette classique est insipide alors que la bazinette est excellente. De même, les sandwichs sont bons ou pas selon la baguette utilisée.
    Le (gros) problème est bien l’accueil, désagréable au possible, qui fait que je préfère dorénavant aller à la Lyonnette, rue de Lyon. Un bon pain également mais surtout un accueil digne d’un commerçant.

  4. Je me demande pourquoi on encense le Paris-Brest de cette boutique. J’ai été déçue par la sécheresse de la pâte à choux. La crème était quant à elle trop fluide, avec un fort arrière goût de café. Une grosse déception.

Répondre à Haon JL Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *