Je crois que je me prends parfois pour Jacques Pradel, l’aspect joufflu en moins. L’animateur présentait en effet à une époque la fameuse émission « Perdu de vue ». Reconstituer des amitiés, parfois des familles, voilà une tâche digne d’intérêt, un véritable service public en quelque sorte. Ici, je ne le fais pas pour la télévision ou pour un spectacle quelconque, mais tout simplement pour retrouver des artisans boulangers ayant laissé derrière eux une certaine réputation, ces derniers étant souvent regrettés par leur clientèle.

Boulangerie Maître Pain, Nanterre (92)

C’est précisément le cas d’Emmanuel Merlhès, le fameux « Maître Pain » de la rue de Charenton. Quoique, dans ce cas, le repreneur s’est révélé tout aussi valeureux : Antonio Dias Gil a repris une partie de la gamme tout en apportant ses propres spécialités et en perpétuant la tradition de qualité de la maison. Espérons que cela perdure, d’ailleurs, puisqu’on m’a récemment annoncé la vente de l’affaire… A suivre.
Toujours est-il que notre Maître Pain n’a pas cessé son activité, et qu’on le retrouve sous le même nom à deux pas de la gare de Nanterre-Ville, dans les Hauts-de-Seine.

Le pain chez Emmanuel Merlhès : baguette de Tradition Bagatelle, boule Bio, pavé Lorrain aux figues, brioche "maison"...

Le pain chez Emmanuel Merlhès : baguette de Tradition Bagatelle, boule Bio, pavé Lorrain aux figues, brioche « maison »…

Pour cette nouvelle implantation, ses engagements n’ont pas changé. En effet, on retrouve toujours la fameuse baguette de Tradition « Bagatelle », labellisée Label Rouge, ainsi qu’une boule Bio. Il faut dire que la famille Merlhès n’est pas une nouvelle venue dans cet univers : Dominique, le père de notre artisan, a longtemps été le Directeur Général de la « Générale des Farines France », laquelle a été à l’origine du Club le Boulanger, aujourd’hui porté par des meuniers tels que Foricher, Girardeau ou encore Trottin. Vous l’aurez compris, l’amour du pain dans ses formes les plus nobles se transmet ici de génération en génération.
D’ailleurs, c’est l’occasion de nous adonner à la Bagatelle, cette dernière étant tout ce qu’il y a de plus sérieuse : avec sa belle fraicheur, son parfum de froment soutenu et ses notes de beurre, elle répond bien aux attentes que l’on peut avoir pour cette baguette de Tradition. On regrettera simplement des cuissons souvent un peu courtes.
La boule Biologique ne démérite pas, pour un prix tout à fait raisonnable – 3,35€ les 500g. A la fois douce et parfumée, au levain bien maîtrisé, elle offre une excellente conservation.
Les plus gourmands ne résisteront pas devant l’attrait de la fameuse brioche « maison » (à base de miel et de levain de lait), pouvant se conserver une semaine sans difficulté dans son sachet, dont Emmanuel Merlhès a été l’un des premiers défenseurs.
On notera également la présence dans la gamme de sympathiques fougasses (nature ou aux olives), de traditions dites « aromatiques » (enrichies d’ingrédients salés) ainsi que de brioches feuilletées de très bonne facture.

La viennoiserie, Boulangerie Maître Pain, Nanterre (92)

En parlant de feuilletage, le croissant au beurre – 1€ l’unité – ne démérite pas. La gamme de viennoiseries n’est pas très étendue, mais l’essentiel reste de maîtriser ses classiques (comme le chausson aux pommes ou le pain aux raisins) … à l’image de ceux présentés du côté de la pâtisserie, où tartes fines aux fruits, au citron, flans, éclairs, millefeuilles et religieuses se révèlent tout à fait soignés et réussis. La maison n’en demeure pas moins créative, avec une gamme d’entremets en toute simplicité et accessibilité (en moyenne 3,6€ la part individuelle).

Pâtisseries classiques, Boulangerie Maître Pain, Nanterre (92)

Les travailleurs ne sont pas oubliés avec un présentoir libre-service dédié aux sandwiches  et propositions salées. Cela permet ainsi un service efficace en semaine, où l’affluence se fait importante en heure de pointe.
Parlons justement de service, puisque ce dernier sait se montrer professionnel et dynamique, même si la chaleur humaine ne semble pas être la plus grande de ses qualités. A noter la présence d’une caisse « automatique » et d’une autre classique : une bonne façon de ne pas heurter les réfractaires à ce type d’équipement, tout en prévenant un éventuel dysfonctionnement du système (et ceux-ci ne sont pas aussi rares qu’on aimerait l’entendre…).

Pâtisseries à partager, Boulangerie Maître Pain, Nanterre (92)

Infos pratiques

85 Rue Maurice Thorez – 92000 Nanterre (RER A, gare de Nanterre-Ville) / tél : 01 47 21 23 81
ouvert du lundi au samedi de 7h à 20h30.

Avis résumé

Pain ? De Paris à Nanterre, les choses n’ont pas changé : nous avons toujours affaire à un  Maître (du) Pain. De la craquante baguette de Tradition Bagatelle à la boule Bio en passant par les pains gourmands, la gamme offre saveurs et qualité à des prix très raisonnables. On regrettera juste des cuissons un peu justes sur la baguette, même si la clientèle a toujours tendance à être demandeuse de pains blancs… Pour les plus gourmands, la fameuse brioche « maison » se révèle être un excellent choix : offrant une conservation exceptionnelle (une semaine sans difficulté dans son sachet), une belle légèreté et un caractère « digeste » (grâce à l’absence d’additifs et au travail sur base de levain de lait), elle est proposée à seulement 3,95€ la pièce.
Accueil ? Efficace, professionnel et bien formé, même si la chaleur humaine n’est pas forcément ce qui le décrit le mieux. Dans tous les cas, l’organisation développée dans cette boutique rénovée – à l’aide du FISAC – avec goût, permet d’avoir l’assurance de ne pas trop attendre, même en période d’affluence. Libre-service traiteur, caisse manuelle et automatique… Les équipements ne manquent pas.
Le reste ? Une viennoiserie classique, accessible et bien maîtrisée, avec un généreux croissant pour seulement 1€. Côté pâtisserie, les grands noms du sucré sont représentés de façon honorable (éclairs, religieuses, tartes aux fruits, millefeuilles), accompagnés par des entremets simples mais néanmoins honnêtes. La gamme sucré prolonge cette offre sérieuse.

Faut-il y aller ? Emmanuel Merlhès – et sa famille, très impliquée dans l’affaire – reste fidèle à ses engagements et à sa « tradition » de qualité, qu’il développait déjà dans le 12è arrondissement parisien. Sa nouvelle implantation permet d’apporter ses valeurs en banlieue, ce qui n’est pas une mauvaise chose, à commencer pour les nanterriens. On n’enterre pas un Maître (du) Pain… même à Nanterre !

3 réflexions au sujet de « Détours en banlieue : Emmanuel Merlhès, Nanterre (92), on n’enterre pas un Maître (du) Pain »

  1. Bonjour Rémi,
    Merci de ton article qui donne toujours autant envie d’aller a la recherche du Bon pain. Quelle est la différence entre les deux types de croissants proposés dans centre boulangerie ?

    Renaud

  2. La matière grasse utilisé Renaud !
    Le croissant droit est Pur beurre et le courbé est fait à la margarine .
    C’est une chose classique en région Parisienne … même si c’est pas très bon ( assez sec et rassit vite )

    • Merci de ta réponse Jacky ! Je m’en doutais un peu, cela restera meilleur que les croissants à la graisse de porc de Barcelone… ou les croissants que je trouve ici, à Singapour (à l’exception de ceux proposés par Gontran Cherrier que j’ai eu l’immense plaisir de retrouver !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *